Dakarposte.com - Le Site des Exclusivités

COMMUNIQUE DE PRESSE DE L’UJTL SEDHIOU


COMMUNIQUE DE PRESSE DE L’UJTL SEDHIOU
Sédhiou a toujours eu une histoire particulière avec le parti démocratique sénégalais. Et aujourd’hui plus qu’hier, le PDS reste debout pour faire face au népotisme, au recul démocratique, à l’oppression et aux manipulations diverses. Les populations de Sédhiou ont envoyé un signal fort à ce régime agonisant lors de l’élection référendaire du 20 mars 2016 en montrant de fort belle manière qu’elles n’épouseront jamais les politiques stériles de Macky Sall. Les tenants du pouvoir, avec leurs complices de pseudo-partis politiques que nous assimilons à des regroupements d’individus sans projet politique, ne cesseront jamais de tympaniser les sénégalais de slogans creux et de programmes dénués de vision.
En effet, depuis l’accession de Macky au pouvoir, le Sénégal traverse une situation chaotique. En lieu et place d’une politique économique et sociale porteuse d’avenir meilleur, on assiste à une dictature rampante. Les principes phares de la démocratie sont bafoués, l’injustice est érigée en règle. Or, Macky Sall fut le théoricien des notions telles que la démocratie, la transparence, la justice, la bonne gouvernance...Mais, en réalité, ce ne sont qu’une pure logomachie. Car, nous l’avons tous constaté, les actes que le Président de la république pose sont aux antipodes de ses notions. La transparence et l’indépendance qui devraient être le socle de la justice sénégalaise, lui manquent cruellement. Le Sénégal d’aujourd’hui est loin d’être un pays de droit ; puisque c’est le président qui décide de tout ; il accuse, poursuit et arrête les adversaires politiques. Notre pays, depuis cinq ans, semble être pris en otage par un despote dont le seul objectif est de s’accrocher au pouvoir. Les dérives politiques ahurissantes et les nombreuses arrestations dont font victimes les opposants révèlent le manque de culture démocratique, philosophique et littéraire du Président de la République.
Évidemment, Karim Meissa Wade est le symbole de l’injustice que subissent les adversaires politiques. L’affaire Karim a montré aux yeux du monde la démarche dictatoriale de Macky. Car, il a été accusé à tort avec la pure parodie de justice, puis libéré par la fameuse grâce présidentielle. Mais, il convient de le préciser, si Macky Sall a libéré Karim c’est parce qu’il s’est ressaisi en un moment donné et s’est rendu compte de ses étourderies et de ses attitudes antidémocratiques face à la demande du groupe de travail de l’ONU sur la détention arbitraire, de tous les organismes de défense des droits de l’homme et des milliers de Sénégalais qui réclamaient justice pour Karim Meissa Wade, détenu arbitrairement.
Sur ce, l’UJTL de Sédhiou se réjouit de sa libération. Car, cette libération quoique tardive, est la conséquence de l’avis éclairé des organisations comme la CEDEAO et le

groupe de travail de l’ONU sur la détention arbitraire. Ces décisions de la justice internationale ayant mis sous pression le régime dictatorial de Macky Sall, justifient les véritables motifs de la libération de Karim Wade au risque de s’exposer à des sanctions internationales. Le « Macky » était entre le marteau et l’enclume. D’un coté, la peur d’un adversaire potentiel et de l’autre, la pression de l’opinion internationale. Malgré l’intoxication que le gouvernement a faite sur la libération et le départ de Karim pour le Qatar, le candidat de notre parti est déjà encré indélébilement dans le cœur des Populations du Pakao-Fouladou- Balantacounda. En effet, aux yeux de ces dernières, Karim Meissa Wade représente la seule alternative crédible et salvatrice pour bouter hors du pouvoir un homme qui, depuis son accession à la magistrature suprême, ne fait que se renier (wax waxéét) et ne tient pas à ses promesses. Nous rassurons tous nos militants et sympathisants que Karim Wade est en contact permanent avec les responsables du PDS aussi bien à Sédhiou que dans toute l’étendue du territoire national. Et toute la famille libérale de la Région de sédhiou se prépare pour lui réserver un accueil triomphal le moment venu.
Aussi, l’UJTL de Sédhiou s’offusque du débat honteux sur la question de la double nationalité soulevée par les membres de la mouvance présidentielle. Parce que véritablement, si Macky était un homme de culture, il aurait compris aisément le danger que soulève cette question. Nous lui demandons de revisiter l’histoire de la Côte d’Ivoire pour savoir la conséquence de la question de l’ivoirité.
En clair, la jeunesse libérale de Sédhiou met en garde le Président Macky contre toute tentative d’entrave à la candidature de M. Karim Meissa Wade qui remplit tous les critères d’éligibilité puisque n’ayant pas perdu ses droits civiques comme l’avait si bien rappelé maître Sidiki Kaba, ministre de la Justice. Nous affirmons avec toute notre énergie qu’il n’y aura point d’élection présidentielle dans toute la Casamance entière sans Karim Wade et le PDS.
Au demeurant, l’UJTL dénonce avec la dernière énergie la communication aventureuse du ministre de la jeunesse Mame Mbaye Niang sur le taux d’exécution des promesses fabuleuses du conseil ministériel décentralisé tenu à Sédhiou. Soit il est abusé par ses services, soit c’est une énième tentative malsaine de maquiller la cécité politique d’un président qui ne respecte pas les populations Sédhiouoises qui vivent un désarroi indescriptible dans une région complètement oubliée. Les recommandations formulées à l’issue du conseil interministériel de développement de la région de Sédhiou (24 février 2015) sont claires et bien précisées dans la rubrique emploi-jeunesse. Il s’agissait pour eux de renforcer les actions en faveur de la création d’emplois à travers l’extension du Domaine Agricole Communautaire de SEFA et le renforcement des interventions du PAPEJ qui prévoit la réalisation de 10 fermes agricoles, de 12 fermes aquacoles, de fermes avicoles, de 02 centres d’incubation et de 02 plateformes multifonctionnelles, pour une enveloppe de 2,4 milliards de FCFA. Qu’est-ce qui a été prévu pour les milliers de jeunes qui travaillent déjà dans d’autres secteurs économiques qui ne bénéficient d’aucune assistance de l’Etat et dont les activités peinent à prospérité du fait de l’enclavement de Sédhiou ? Nous sommes certes conscients du fait que l’agriculture est un secteur fondamental dans le développement d’une zone. Mais peut-il être approprié de reposer la problématique de l’emploi des jeunes de toute
une région dans le seul secteur de l’agriculture ? Est-il opportun de permettre à quelques dizaines de jeunes de travailler dans les champs pour trois ou quatre mois d’hivernage et crier que vous créer de l’emploi ? Nous lui disons simplement que lui et son mentor recevront une réponse appropriée durant les échéances électorales en vue.
La jeunesse libérale de Sédhiou s’indigne fermement contre les violations manifestes des droits de l’homme, les atteintes aux libertés syndicales, démocratiques et citoyennes qui sont une illustration de la dictature passive. En ce sens nous marquons notre solidarité envers la personne de Ousmane Sonko à travers qui, Macky Sall a étalé une fois de plus sa volonté de réduire les fonctionnaires au silence. Quand l’administration ne sert plus assez les administrés mais protège les crimes financiers des lieutenants de Macky, il y a de quoi s’alarmer. Nous saluons de passage le courage et le patriotisme du Colonel Ndao, du Commissaire Kéita et de Nafi Ngom Kéita qui, récemment, est limogée parce qu’elle savait beaucoup de chose sur M. Alioune Sall, frère du président de la République, en rapport avec l’affaire Pétrotim. Dans quel pays sommes-nous ?
Last but not least, Sédhiou est dans une situation apocalyptique. L’espoir qui se lisait sur le visage des Sédhiouas à l’arrivée du maire Abdoulaye Diop à la tête de la municipalité, s’est hélas transformé en désespoir. Le constat demeure le même et le sentiment le mieux partagé est que tout manque à Sédhiou. L’équipe municipale, avec à sa tête le maire, manque de vision et d’ambitions politiques porteuse de bases d’un développement économique et social prometteur. Le maire et son équipe ne sont pas fichus de relever les grands défis de développement de notre localité, nomment celui des infrastructures. Or, l’équation à Sédhiou, le maire le sait mieux que quiconque, est posée : il y a un manque criant d’infrastructures dans notre localité. Nos routes sont dans un état défectueux avec des pourceaux coupés, occasionnant souvent des accidents. Sédhiou manque d’éclairage public ; notre ville est obscure comme la grande forêt classée du Diassing. Malheureusement, plus de trois ans à la mairie, nous constatons, de la manière la plus regrettable, mille et une insuffisances dans la gestion du maire aux nombres desquelles :
 L’irrégularité des sessions du conseil municipal. A ce propos, nous signalons que la dernière session extraordinaire date du 02 juin 2016 et la session ordinaire le 27 avril 2016. Ce qui est en porte à faux avec le code des collectivités locales en son article 144, alinéa 1.
 Un véritable défaut de bonne gouvernance et de transparence est noté au sein de la mairie. Car, les marchés de gré à gré se font sans appel d’offres encore moins une commission. Sur ce, nous interpellons M. le maire ; car notre commune a signé une convention avec le forum civil / UE le 06 septembre 2014 dans le cadre de la bonne gouvernance locale et du contrôle citoyen.
Ainsi, le 29 Novembre 2014, un comité de certification a été mis en place avec 5 principes : la transparence, l’éfficacité, la participation, l’équité et l’obligation de rendre compte. Mais, nous le regrettons amèrement, l’équipe municipale actuelle refuse d’associer la population à sa gestion.
Aussi, l’avons-nous souligné l’année dernière lors d’un point de presse, le 27 octobre 2014 une dépense de 25millions avait été autorisée sur financement du PNDL pour l’extension du réseau hydraulique dans différents quartiers de la commune, notamment sur les sites des nouveaux lotissements. Mais hélas jusqu’ici rien n’a été fait.
A cela s’ajoute :
 Les nombreux reliquats non versés par le maire aux différentes associations d’étudiants de Sédhiou. En effet, nous sommes indignés. La subvention des étudiants est votée par le conseil municipal et elle doit être versée à temps, par le trésor et sans intermédiaires. Mais les modiques sommes que le maire donne par tranche aux associations sont très insuffisantes. A-t-il oublié qu’il avait promis 20 millions au lieu de 12 millions aux étudiants? Comment se fait-il que chaque année cette somme à défaut d’être relevée comme promise, est partiellement reversée ? En procédant ainsi, il le fait dans l’achat de conscience. Mais les étudiants ont compris la démarche politicienne du maire Abdoulaye Diop. Alors nous le sommons de respecter la promesse des 20 millions promis et de faire la somme des reliquats pour honorer ses engagements.
 Et pour ce qui est de la subvention des ASC, elle était de 100.000 Fr. Après s’être débrouillé, nous ne savons par quelle acrobatie et par quelle incompétence à la rabaisser à 50.000Fr. Aujourd’hui, elle est à 75.000 f soit une différence de 25.000 Fr. A-t-il du respect pour la jeunesse et le monde du sport. Question à méditer ?
 Pire, en 2010 la mairie de Sédhiou a eu à travailler sur la problématique de l’étroitesse de l’espace communal. Une étude a été réalisée par CADEM- TECHNOLOGIES en collaboration avec la municipalité et les travaux très avancés ayant abouti à intégrer 1,5km à partir de Kapol, 2,5km à partir de Boussoura et 2,5km sur Diendé. Aujourd’hui, ce projet ne connait aucune suite et la possibilité pour les générations à venir de trouver une parcelle dans leur propre localité est hypothéquée. Même l’imam ratib de Sédhiou en a fait une priorité dans ces sermons lors de la Korité et récemment lors de la prière de l’EID EL Kabir. Au passage, en décembre 2014, une niche a été découverte et morcelée au lotissement de Santassou en 2006, faisant ainsi 50 parcelles. Dès lors, 161 personnes ont versé leur frais de bornages, soit plus de huit millions de franc de ressources occasionnelles au compte de la mairie. Et présentement, seules 86 personnes sont rétablies dans leur droit et le reste toujours en attente. Nous interpellons avec force le maire !
Pour terminer, nous condamnons fermement la politique de communications des mercenaires du maire qui n’est pas fondée sur des aspects économiques mais sur le social. En effet, ils s’empressent d’exposer des photos prises lors de ses rencontres privées ou publiques sur les réseaux sociaux pour berner la population. Il ne sert à rien d’engager des « facebookeurs » pour faire une propagande fallacieuse qui est en déphasage avec la réalité à Sédhiou. Nous le rappelons qu’en terme de social c’est un nain par rapport à ses prédécesseurs. Ces derniers n’avaient jamais convoqué une presse encore moins de se servir des réseaux sociaux pour divulguer leurs bienfaits. Car comme le dit Sénèque
« Celui qui donne doit se taire, il appartient à celui qui reçoit de parler ». Qu’il se ressaisisse ! Le maire doit plutôt penser à la grande question de la voirie de Sédhiou. Ne sommes-nous pas une région entière dans ce pays ? Sédhiou ne mérite-elle pas la considération du gouvernement du Sénégal ? Si le maire avait de l’étoffe, s’il avait une crédibilité, il devrait mettre la pression pour que le président Macky Sall puisse respecter ses promesses. Les sédhiouas n’ont pas élu un maire pour qu’il se lamente sur tous les toits, nous n’avons pas élu un maire pour qu’il chantonne les noms du nombre de personnes qu’il a aidé, nous avons élu un maire pour qu’il fait face au grand défi d’infrastructures de notre localité et régler définitivement la question de l’éclairage public. Sinon le réveil risque d’etre brutal pour lui.

Fait à Sédhiou le 16 septembre 2016

Nouveau commentaire :
Facebook

ACTUALITÉ | URGENT | PEOPLE & BUZZ | PHOTO | ENQUÊTES & REVELATIONS | CONTRIBUTIONS | COMMUNIQUE | VIDÉOS | RP & AUDIO | INTERVIEW | International | NÉCROLOGIE | Analyse | Insolite | Bien être | Lu ailleurs | QUI SOMMES NOUS ? | ​Fin du règne de Yaya Jammeh





Comment les ministres comptent passer leurs vacances !!

Les premiers pèlerins sénégalais débarquent à Médine sous une pluie battante

AFFAIRE KHALIFA SALL :Assane Dioma Ndiaye hausse le ton contre l'État

Pape Alé Niang : « Ils me traitent d’ivrogne, que Macky Sall impose un test d’alcoolémie devant la porte du Palais… »

Me Ciré Clédor Ly dépose une demande de liberté d’office et déclare : « Le juge d’instruction ne peut plus maintenir Khalifa Sall en détention… »

La pudeur des tartuffes et la Justice des injustes

Présidentielle 2019 : la résistance contre Macky s’organise autour de la société civile

BNDE : Yérim Sow réclame 12 milliards Fcfa à Macky

Affaire Wari-Tigo-Yérim Sow : Abou Abel Thiam de l'Artp très nuancé sur le décret du chef de l'Etat

Amina Poté: « Assane Diouf est mal barré s’il pense qu’il peut me détruire »



SITA TRAORE, LA CELEBRE ACTRICE DE ‘’OUAGA LOVE’’ EN VACANCES A DAKAR

Les terribles révélations de Assane Diouf sur Amina Poté et youssou ndour

Queen Biz escroquée de 25 millions

Arrêt sur image ! L'entrainement du ministre Aly Ngouille Ndiaye

Remaniement annoncé ...Pour "tenir" le Président et sa dame, des ministres, ...menacés désertent leurs bureaux pour assiéger les "faiseurs de miracle"

Joyeux anniversaire à Rougui Bousso de l'APR...Ce que l'on sait de cette militante engagée pour les bonnes causes

AMANEKH S’EST MARIÉ CE DIMANCHE À RUFISQUE VOILÀ SA FEMME

Cheikh Ndiaye alias Jojo: " les réseaux sociaux ne doivent pas partager des insultes..."

Amina Poté montre ses formes généreuse au Grand Théâtre

Momo Dieng au Grand Théâtre ! Les plus belles filles de Dakar étaient au…