Dakarposte.com - Le Site des Exclusivités

La réplique de Amadou Barro Gélongal: "Je défie Farba Ngom; il n'a plus de légitimité à Agnam qu'il a déserté, du moins fui depuis la dernière consultation référendaire (...) Farba était un militant de Harouna Dia, mais il l'a trahi (...)"

Samedi 6 Août 2016

Quelques heures après la conférence de presse des jeunes acquis à la cause de Farba Ngom, nous avons reçu cette réplique du jeune responsable de l'APR à Agnam, en l'occurrence Amadou Barro plus connu sous le pseudo de "Gelongal".

PEOPLE & BUZZ

La réplique de Amadou Barro Gélongal: "Je défie Farba Ngom; il n'a plus de légitimité à Agnam qu'il a déserté, du moins fui depuis la dernière consultation référendaire (...) Farba était un militant de Harouna Dia, mais il l'a trahi (...)"
Je débute par qualifier Farba Ngom de  maire inculte, impopulaire, qui a instrumentalisé des jeunes payés rubis sur ongle pour véhiculer un raisonnement spécieux, des attaques mal placées… Je m'explique: comme le PDS avait son El Pistolero (Moustapha Cissé LO) et son méchant clown (Farba Senghor), insulteur, persifleur impénitent, provocateur insatiable, l’APR aussi a son cruel va-t-en guerre prompt aux attaques tellement mal motivées. Farba Ngom, pour ne pas le nommer, après tant de frasques odieuses dans son habit trop grand de maire inculte, de député ignare et de conseiller diabolique du premier des Sénégalais, a encore prit le parti de faire parler de lui, en mal bien sûr.
Ce monsieur le plus farfelu de la République a organisé quelques jeunes  pour enclencher une attaque très mal placée… Je vous dis,  il n'a jamais eu de légitimité politique et tous les jeunes, femmes, vieux, bref les femmes du Bosséa ont des raisons d'avoir une inquiétude légitime par rapport à ce Farba qui fait  encore et pour on ne sait quelle raison ce que bon lui semble. 
Je profite de cette occasion pour demander de vive voix au Président de la République d'arrêter Farba pendant qu'il est encore temps.Trop,c'est trop.
Pour en venir à cette sortie malheureuse, inopportune qu'ils ont appelé conférence de presse, je vous dis et je défie Farba Ngom, il a convoyé des jeunes de Wourossogui à Dakar. A preuve que les jeunes , femmes,vieux de Matam lui ont tourné le dos, ceux qui étaient au présidium ne sont autres que: Momo Sall de Ourossogui, Bocar Sow qui est d'Ogo, Aliou Sall de Bokidiawé...L'on s'attendait à ce que des jeunes de son propre patelin inondent la salle. Les populations qui ont fini par découvrir la vraie face de Farba lui ont depuis lors tourné le dos. Un ancien Président disait qu'on peut tromper une partie du peuple pendant un temps, mais on ne peut pas tromper tout le monde tout le temps.
Certes, les populations lui ont tourné le dos,mais elles restent acquises à la cause et aux idéaux du Président de la République, Macky Sall. 
Il vous est loisible de vérifier, vous êtes journaliste de surcroit spécialisé dans l'investigation, allez chez lui à Ouro siré, il y a perdu son leadership. 
De qui donc se moquerait Farba Ngom ? A vrai dire, tout Sénégalais épris de justice, d’équité, mais surtout de paix et de stabilité, devrait se poser cette question, sans trop se nourrir d’illusions dans l’attente d’une réponse, qui, de toute évidence, risque fort de ne jamais venir, puisque l’homme se sent (indûment) protégé en haut lieu. 
Non content de ne pas chercher à semer la zizanie entre le président Macky Sall et ses compagnons de route les plus matinaux et les plus loyaux, Farba Ngom est  en train de chercher à s’attaquer de biais au digne et loyal militant qu’est Harouna DIA.
Pour être précis, Farba, qui ne sait par quel pied danser, parce que lâché par tous les militants du Bosséa a  monté cette bande de jeunes  pour encore  semer les germes de l’intimidation et de la terreur dans le camp des nombreux Sénégalais militants de l’APR particulièrement aux proches de Harouna DIA . Ce denier  n'a qu'une préoccupation: faire rempiler son ami de Président , notre responsable Macky Sall. 

A quelles fins, Farba descend il aussi bas depuis un bon bout de temps ? La réponse à une telle question coule de source pour ceux qui savent que Farba entretient une hostilité viscérale vis-à-vis de DIA, qu’il soupçonne à tort de jouer à l’écarter de l’environnement intime du président SALL.  
Devant une telle lâche initiative, l’on est fondé à se demander si Farba n’a pas mieux à faire que d’enchaîner les stratégies les plus abominables pour détruire l’image de marque d’un si loyal frère de parti.  En effet, tous les gens de bonne foi pensent que le sieur Farba devrait plutôt s’attacher aujourd’hui à s’attaquer de front à la massification du Parti, en procédant notamment à des débauchages dans le camp de ses frères Hal Pulaar restés encore fidèles à d’autres formations politiques. Hélas, le sieur Ngom n’a jamais engagé la moindre initiative dans ce si important chantier.
Au lieu d’agir dans le sens d’augmenter le nombre des futurs électeurs de son leader, l’homme a définitivement fait de la zizanie et de la médisance son sport favori et de la creuse fanfaronnade sa distraction de base. En un mot, il n’a posé jusque-là que des actes grossiers qui desservent notre  leader de président.
On sait par exemple qu’il s’enorgueillit bruyamment d’avoir doté Agname (la localité du Fouta dont il est le maire) d’un certain nombre d’infrastructures. Or donc, la vérité est toute autre. En effet, les infrastructures constatables sur place sont plutôt le résultat de la bienveillante  générosité de Mr le président de la République mais également de la solidarité de jeunes émigrés originaires du patelin, dont certains se sont cotisés pour faire sortir de terre ces bijoux, autant dire de ces feux ardents, dont le très farfelu maire tire (indûment) les marrons. 
Croyez-moi , ces  braves émigrés, qui n’ont de cesse de s’offusquer des prétentions malhonnêtes de leur maire, ont décidé, dans les tous prochains jours, de se faire entendre pour remettre l’homme à sa place, en donnant notamment toutes les preuves qu’il ne fait que raconter des histoires.
A vrai dire, Farba est loin de jouir de l’aura qu’il revendique de mille manières. La preuve, aujourd’hui, il se sait en totale disgrâce dans le Bossé, et ce, depuis la fameuse affaire des maigres kilos de riz qu’il avait osé offrir pendant le Ramadan aux dignitaires religieux de la localité au nom de son leader Macky Sall. Cette disgrâce est tellement forte que le monsieur n’y a  guère remis les pieds, depuis lors. Je le défie, je lui lance cette bravade: je serais le maire d'Agnam!
Je ne peux terminer sans préciser une chose: personne, je dis bien, personne n'est derrière nous; si ce n'est le Président Macky Sall. je vous dis, Farba était un militant de Harouna Dia,mais il l'a trahi. Harouna a crée, je dis bien crée Farba. Les populations de Matam, les anciens de l'APR,ceux-là qui étaient à l'avant garde du combat pour l'avènement du Pr Macky Sall ne me démentiront pas. 
Ces jeunes qu'il a instrumentalisé ont dit que nous sommes venus au parti après le 25 mars. Ils n'ont qu'à demander à leur Farba. Personnellement, je suis venu à l'APR, le même jour que ce Farba.

 Comme disait l'autre: l’homme à qui vous tendez un doigt vous arrachera le bras. Je veux dire par-là que le sieur Farba Ngom est de la race des hommes à qui il ne faut jamais laisser le champ totalement libre au risque de les laisser croire que tout ce qui ne leur est pas défendu leur est plus ou moins permis. Malheureusement, selon toute vraisemblance, le chef de l’Etat est, jusqu’à preuve du contraire, dans les dispositions de laisser ce "phare-bas" pousser des ailes et, chemin faisant, de lui chercher d’inutiles ennemis et de futurs adversaires embusqués, qui, en vérité, n’existent que dans le monde de son imagination diabolique.


A bon entendeur...       

Nouveau commentaire :
Facebook

International | ACTUALITÉ | URGENT | PEOPLE & BUZZ | PHOTO | ENQUÊTES & REVELATIONS | CONTRIBUTIONS | COMMUNIQUE | VIDÉOS | RP & AUDIO | INTERVIEW | NÉCROLOGIE | Analyse | Insolite | Bien être | Lu ailleurs | QUI SOMMES NOUS ? | ​Fin du règne de Yaya Jammeh