Dakarposte.com - Le Site des Exclusivités

Le touchant témoignage du journaliste Marie Louise Ndiaye pour son défunt grand père

Vendredi 9 Septembre 2016

Quand une personne part, il est naturel de désirer lui rendre hommage d’une manière personnelle. Prononcer un discours est sans doute le moyen le plus émouvant, mais c’est un exercice bien difficile. Transcrire son émotion et ses égards en mots s'avère plus facile. Du moins pour certains.
Ci dessous, dakarposte.com publie in extenso l'émouvant témoignage de notre consoeur Marie Louise Ndiaye de l'Obs pour son regretté grand père.

PEOPLE & BUZZ

Le touchant témoignage du journaliste Marie Louise Ndiaye pour son défunt grand père
Aujourd'hui, c'est vendredi. Comme tous les vendredis, tu te préparais à la célébration de la prière de 14h. A cette heure, tu étais déjà à la mosquée pour cette solennelle prière du vendredi. Homme élégant qui tenait si bien à sa mise, tu te faisais tout beau. Oui, tout beau et bien parfumé. Tout vêtu de blanc avec des chaussettes et un bonnet assorti, tu sortais de la maison, un chapelet à la main, pour accomplir cette mission que tu t'es imposé. Aujourd'hui, à l'heure où l'horloge affiche 11heures, mes pensées vont à toi. Je me dis que tu serai en train de te préparer. Mais, ce vendredi, premier après ton rappel à Dieu, tu seras le grand absent de la mosquée. Papi, toi qui a consacré la grande partie de ta vie à la mosquée, tu as rejoints le ciel. Chaque jour, à 3h45 minutes, tu te reveillais pour te préparer à aller à la mosquée. Dans le quartier, les témoignages sont unanimes. Tes allers-retours entre la maison ont marqué tout le monde. Ce, pour les 5 prières de la journée . C'est toi qui, chaque jour, ouvrait et fermait les portes de la mosquée des Hlm5. Certains du quartier disent même que c'est grâce au bruit de tes pas qu'ils savaient que l'heure de prière à sonné.
La preuve, en fervent disciple de cheikh Ahmed Tidiane, tu lui consacrais une journée chaque année durant laquelle, tu faisais ses louanges avec des invités et sympathisants du saint homme. 
Tu manqueras à tes frères de la mosquée. Mais, pour nous ta famille, le vide de ton départ est just énorme. Just énorme. Tes enfants pleurentvta mort et se croient toujours dans un rêve. Nous tes petits enfants, on adorait te taquiner, jouer avec toi. Lol, je me rapelle de ce jour avant que Tu ne soit interné à l'hôpital. Tu avais commencé à faiblir. Et quand j'ai voulu tirer ta main, tu m'as dit: "Ne me fais pas tomber. Je suis faible" Tu m'as toujours laissé te taquiner. Et parfois tu me pincais en retour pour te venger de mes moqueries. Ou bien tu me lançais "gnakeu diom ou tu es folle". Moi, j'étais celle qui te fatiguais le plus. Je t'ai même surnommé "Pa Mango" (tu adorais tes manguiers et tes moutons") au point que beaucoup t'appelais "Pa Mango". Et la veille de ta mort, tu nous a nourri d'illusions. Tu nous a laissé croire que tu vas t'en sortir. Tu nous a souri et ri. Je sens encore la pression de ta main et comment tu serrais la mienne à chaque fois que je voulais la retirer. Mais bon, tu nous a just bercé d'illusions. De là haut, prie pour nous. Nous, de la terre on ne cessera de prier pour toi. Repose en paix mon amour. Mon papi choco. "Pa Mango" de moi. 
Ta famille t'aime et ne cessera de penser à toi.❤❤❤
Boulen ko fater si gnane. 
Jummah Mubarack

Nouveau commentaire :
Facebook

International | ACTUALITÉ | URGENT | PEOPLE & BUZZ | PHOTO | ENQUÊTES & REVELATIONS | CONTRIBUTIONS | COMMUNIQUE | VIDÉOS | RP & AUDIO | INTERVIEW | NÉCROLOGIE | Analyse | Insolite | Bien être | Lu ailleurs | QUI SOMMES NOUS ? | ​Fin du règne de Yaya Jammeh