Visite d’Etat en France: Le marché du Train express regional a-t-il révélé tous ses secrets?

Mercredi 21 Décembre 2016
ENQUÊTES & REVELATIONS

Visite d’Etat en France: Le marché du Train express regional a-t-il révélé tous ses secrets?

L'adjudication des 3 appels d'offres éclatés en trois lots du TER ( Train Express Régional) lancés par l'état du Sénégal n'a pas encore encore révélé ses grands secrets. Beaucoup d'eau a coulé sous les ponts et les nuits ont été longues, laborieuses et lugubres pour filer le gros fromage aux firmes françaises qui ont raflé à titre provisoire jusqu'à établir le contraire, le jackpot. L'écart des prix mis en jeu entre les soumissionnaires retenus au finish ( les perdants; le Turc Yenigun et les Chinois ) et le drapeau flottant français gagnant , crève l'insupportable et ne se justifie point. L'autorité contractante, l'APIX fait perdre aux caisses publiques de l'état des économies faramineuses atteignant la barre des 285 milliards de fcfa en attribuant les trois lots du TER aux consortiums francais. Entre sombres manoeuvres, lobbiyngs feutrés entre le palais, les annexes de la présidence et de la primature , Confidentiel Afrique qui a démêlé l'écheveau publie en exclusivité des documents officiels en sa possession sur la base d'échanges épistolaires entre l'entreprise turque , l'APIX et l'ARMP et révèle des deals déconcertants qui mettent mal à l'aise les entreprises boutées du quai .

Les manœuvres en coulisses ont été laborieuses dans la procédure de sélection des offres, pour l’adjudication des 3 lots du Projet TER ( Train Régional Express). La course aux allures de sprint n’a pas été du bon goût pour certaines entreprises comme Yenigun E+ M et les conglomérats chinois ( CRCC, China RailWay Group Limited, CRBC, CM EC/ CEC ) qui ont perdu devant les multinationales françaises. En quelque sorte, le train a déraillé.
Mais selon des informations exclusives, sur le lot 2 ( structure et électronique)  l’entreprise turque Yenigun avait soumis son offre à hauteur de 83, 962  milliards FCFA, elle était  la moins disante par rapport aux offres des Chinois et Français, respectivement estimées à 99 Mds FCFA et 173 milliards. L’APIX , en tant qu’autorité contractante, a estimé que l’ offre du trio français Engie – Ineo / Thales était la plus qualifiée et répondait aux critères requis.
Selon les documents en notre possession, l’état avait budgétisé pour la réalisation de cet ambitieux projet TER quelque 546 milliards FCFA. Voici le récapitulatif ci-dessous des offres reçues par l’APIX
Nombre d’offres reçues : Au terme de l’évaluation de la première étape, dix-huit (18) candidats sur vingt-trois (23) ont été retenus pour concourir pour la deuxième étape. Dix-sept (17) d’entre eux ont retiré le dossier après invitation le 24 mars 2016.
A l’ouverture des plis de la deuxième étape, les offres sui­vantes ont été répertoriées :
pour le lot 1, 05 offres ont été reçues :
·         CRCC (Chine)
·         CHINARAILWAY GROUP LIMITED (Chine)
·         CM EC/CEC (Chine)
·         CRBC (Chine)
·         EIFFAGE GC/EIFFAGE SENEGAL/EIFFAGE RAIL/YAPI MERKEZI/CSE (France)
pour le lot 2, 05 offres ont été reçues ; o ENGIE INEO/THALES (France)
·         CRCC (Chine)
·         EIFFAGE ENERGIE/ALSTOM (France)
·         CRBC (Chine)
·         YENIGUN/E+M (Turquie)
pour le let 3, 07 offres ont été reçues : o CRCC (Chine)
·         SPIE BATIGNOLLES/COLAS (France)
·         CHINARAILWAY GROUP LIMITED (Chine)
·         CMEC/CEC (Chine)
·         CRBC (Chine)
·         EIFFAGE GC/EIFFAGE SENEGAL/EIFFAGE RAIL/YAPI MERKEZI/CSE (France)
·         NGE CONTRACTING/TSO/CIM/CDE (France)

Attributaires provisoires, montants et délais d’exécution:
Lot 1 : au groupement EIFFAGE GC/EIFFAGE SENEGAL/EIF­FAGE RAIL/YAPI MERKEZI/CSE, qui a présenté l’offre conforme pour l’essentiel, la moins disante, et qui satisfait aux critères de qualifications. Son offre évaluée est de 274 509 000 000 FCFA HT/HD, réalisable dans un délai de 26 mois pour la tranche ferme et 54 990 000 000 F CFA HT/HD, réalisable dans un délai de 15 mois, pour la tranche condi­tionnelle, soit un montant total de 329 499 000 000 FCFA HT/HD.
Lot 2 : au groupement ENGIE INEO/THALES de la France, qui a présenté l’offre conforme pour l’essentiel, la moins di­sante, et qui satisfait aux critères de qualifications. Son offre évaluée est de 127 933 814190 F CFA HT/HD, réalisable dans un délai de 26 mois, pour la tranche ferme et20 839 776 459 F CFA HT/HD, réalisable dans un délai de 15 mois, pour la tranche conditionnelle, soit un montant total de 148 773 590 649 FCFA HT/HD.
Lot 3 : au groupement NGE/TSO/CIM/CDE de la France, qui a présenté l’offre conforme pour l’essentiel, la moins disante, et qui satisfait aux critères de qualifications. Son offre évaluée est de 10 748171 664 FCFA HT/HD réalisable dans un délai de 24 mois à partir de la mise à disposition, par le Titulaire du lot 1, des documents de conception et de la plateforme.
Toutefois le Lot 2 continue de faire l’objet de contestation de la part des Turcs qui n’ont pas digéré la pilule. De recours gracieux au recours contentieux, les hautes autorités de Yenigun ont élevé le ton pour faire revenir à sa décision pour l’ instant l’APIX.
Réponse du berger à la bergère, l’APIX, perçue comme le « concasseur à la turquoise  »  est montée sur ses grands chevaux pour clarifier sa préférence française. 
Puis entre dans la danse l’ARMP, qui se « carambouille ». qui demande la suspension du lot 2, objet du litige.
Suffisant pour que  l’APIX recharge ses batteries et « fusille » l’entreprise turque Yenigun E+M
En dépit du coup de gueule de Yenigun qui voit filer entre ses doigts le marché juteux du lot 2 en faveur de Engie- Ineo/ Thales France,  le régime d’Ankara se fâche et monte au filet. Selon des informations exclusives irréfutables, l’ambassadeur turc à Dakar a câblé le ministre sénégalais des affaires Etrangères, M. Mankeur N’Diaye pour lui exprimer son incompréhension et son étonnement vis à vis de la posture de l’APIX dans la gestion de ce dossier. De conciliabules en conciliabules, pour éviter qu’Ankara se fâche,  le Premier ministre, Dionne Mouhamed Abdallah s’est jeté dans l’eau pour désamorcer la bombe. Selon des sources strictement confidentielles, l’entreprise turque Yenigun a mis le bémol sur le marché du TER et lorgne désormais du côté du juteux et mastodonte contrat de la boucle ferroviaire du Nord pour le transport des minerais devant relier Bakel  à Saint- Louis en passant par Matam. C’est la poule aux œufs d’or. On annonce la bagatelle de 500 millions d’euros pour études et avant-projet. Des promesses fermes ont été faites en haut lieu pour filer le fromage aux Turcs. Dans le seul but de réparer la fausse note. D’ailleurs, confirment des sources, Ankara qui va remorquer l’entreprise Yenigun  mobilisera dans ses valises du cash flow, quelque 2 milliards d’euros pour garantie de financement. Mais le plus surprenant et qui agace dans la gestion du TER est l’isolement du secrétaire d’état en charge du réseau ferroviaire, Abdoul NDéné Sall.  » Tout a été piloté par la présidence, la primature et le ministère des Finances et de l’Economie » nous a confié une source très au parfum des manœuvres. Dans cette attribution relative des 3 lots aux firmes françaises comme chefs de file, en tenant compte des coûts séparant les offres financières,  l’état aurait perdu des économies pouvant atteindre la barre des 280 milliards FCFA.
Dakarmatin.com

Nouveau commentaire :
Facebook

ACTUALITÉ | URGENT | PEOPLE & BUZZ | PHOTO | ENQUÊTES & REVELATIONS | CONTRIBUTIONS | COMMUNIQUE | VIDÉOS | RP & AUDIO | INTERVIEW | International | NÉCROLOGIE | Analyse | Insolite | Astuce | Lu ailleurs | QUI SOMMES NOUS ? | ​Fin du règne de Yaya Jammeh













Publicité





Les News