Affaire Khalifa Sall – L’APR condamne l’arrogance du Conseil de Paris

Jeudi 14 Décembre 2017
POLITIQUE


Par son porte parole national Seydou Guèye, l’Alliance Pour la République (APR), par un communiqué envoyé à Senego n’a pas perdu du temps pour répondre à M.Patrick Klugman, membre du Conseil de Paris et Mme Hidalgo  visant à créer un Observatoire international des maires en danger, en citant plus particulièrement le maire de Dakar qui serait poursuivi en justice, non pour des faits à lui reprochés, mais en vertu de sa position politique d’élu local et de maire.
« L’Alliance Pour la République (APR) condamne avec la dernière énergie l’arrogance de Mme Anne Hidalgo face à la souveraineté du Sénégal, de son peuple et de ses Institutions, notamment judiciaires. Incontestablement, l’ingérence inacceptable du Conseil de Paris et de Mme Anne Hidalgo est une insulte au peuple sénégalais, à ses Institutions et à son administration pour qui
connaît la rigueur avec laquelle l’Inspection générale d’Etat du Sénégal traite et diligente ses missions de vérification, qui a eu à déceler dans la gestion financière de la ville de
Dakar un système de fausse facturation et des factures fictives ayant conduit à l’ouverture d’une information judiciaire », attaque le porte parole national Seydou Guèye. Il poursuit:
« Le professionnalisme des services de police criminelle qui ont mené l’enquête dans le cadre de l’information judiciaire ouverte et ayant abouti à l’inculpation des prévenus, dont le maire de Dakar, poursuivis pour détournement de deniers publics, faux et usage de faux en écritures privées de commerce, escroquerie portant sur des deniers publics et blanchiment de capitaux, sans oublier l’indépendance des juges d’instruction Sénégalais qui ont instruit la dite affaire à charge et à décharge et enfin, les pouvoirs constitutionnels de l’Assemblée nationale de la République du Sénégal qui a voté la levée de l’immunité parlementaire du maire de Dakar, élu député après l’ouverture de l‘information judiciaire ».
En outre, Seydou Guèye estime que «  l’appréciation du Conseil de Paris sur la procédure judiciaire en cours, faisant état « d’une poursuite non naturelle et d’un jugement précipité » prouve la subjectivité, la condescendance et le mépris de Mme Hidalgo et ses collaborateurs à l’endroit de la République du Sénégal et de ses institutions, pour une affaire pendante devant la justice. Cette posture aux allures nostalgiques d’un néocolonialisme révolu ne saurait prospérer. Le Sénégal, pays indépendant et souverain ne saurait l’accepter. Pareilles gesticulations n’entraveront en rien le fonctionnement normal des institutions judiciaires de notre pays », conclut le document.
senego.com

Nouveau commentaire :



Publicité


Enquêtes et révélations

Gallo Tall, membre du Comité directeur du Pds : « Ces départs ne peuvent pas affaiblir le parti »

19/03/2019

Opérations financières frauduleuses sur l’axe Abidjan-Dakar : Gbagbo, le prétexte pour blanchir 7 milliards à Dakar

19/03/2019

COMMUNIQUE DES JEUNESSES DE LA MAJORITE PRESIDENTIELLE

19/03/2019

Mort d’Henri Diatta : La version de son frère David

19/03/2019

Nécrologie – Gendarmerie : Le Général Cheikh Sène en deuil

19/03/2019

Annoncé comme mort: Moussa Gning de Fass parle et menace de porter plainte

19/03/2019

Affaire Versus Bank : Le blanchiment de 7 milliards, la libération de Gbagbo et…

19/03/2019

Algérie : Bouteflika confirme qu'il restera président après le 28 avril

19/03/2019

Mort d'Henri Ndiaye : Trois enseignants arrêtés pour…

19/03/2019

Ziguinchor : Disparition mystérieuse de Vieux Sonko de la pharmacie Néma qui a reconnu le gendarme dans l’affaire Ousmane Sonko

19/03/2019