Dakarposte.com - Le site des scoops


Dakarposte.com




Covid-19 : l'Angleterre prépare un déconfinement progressif sur quatre mois

Rédigé par Dakarposte le Mardi 23 Février 2021 à 00:23

Si dans les Alpes-Maritimes (France), les restrictions sont renforcées les deux prochains weekends, les écoles ont rouvert dans une partie de l'Allemagne et l'Angleterre a présenté sa stratégie de déconfinement progressif en 4 étapes.


En France
A Nice et dans les Alpes-Maritimes, ceux qui comptaient profiter sans limite du beau temps pendant les vacances en seront pour leurs frais. Un confinement est réinstauré les deux weekends prochains. Il concernera les communes qui s'étendant de Théoule-sur-Mer à Menton, zone qui regroupe environ 90% de la population du département. Mais des sorties d'une heure dans un rayon de 5 km seront autorisées, à condition d'être muni d'une attestation.


Une telle mesure de confinement territorialisé, en vigueur depuis le 5 février à Mayotte, est une première en métropole.

"La situation sanitaire est particulièrement inquiétante dans les Alpes-Maritimes", a rappelé le ministre de la Santé Olivier Véran: _"Il y a 500 personnes qui tombent malades par jour"._Les services hospitaliers sont "proches de la saturation", a aussi souligné Romain Alexandre, le représentant de l'ARS : le taux d'incidence dans le département (588 pour 100 000 habitants, contre 190 pour la moyenne nationale) est "le plus élevé de France" et le taux de positivité est "en nette augmentation dans toutes les tranches d'âge excepté pour les plus de 80 ans".

"Il y a une accelération"depuis une"dizaine de jours sur des patients qui sont plus jeunes", a aussi confirmé Michel Carles, infectiologue au CHU de Nice.

En Allemagne
Pendant ce temps, en Allemagne, les écoles primaires et les garderies ont rouvert ce lundi dans 10 des 16 Etats fédéraux. Deux autres Länder, la Basse-Saxe et la Saxe, avaient ouvert la marche la semaine dernière. Mais les cours reprennent dans des conditions sanitaires strictes, avec des classes qui alterneront des demi-groupes, par exemple.


"Il est bon que de nombreuses écoles en Allemagne reprennent progressivement l'enseignement en face à face", a estimé la ministre de l'Education, Anja Karliczek, auprès de l'agence DPA. La chancelière Angela Merkel a elle-même admis que le désir d'assouplissement des restrictions était élevé en Allemagne, ce qu'elle a dit comprendre, selon des propos tenus lundi dans le huis clos d'une réunion des dirigeants du parti chrétien-démocrate (CDU) et rapportés par un participant à l'AFP.

Mais les autres restrictions restent en vigueur alors que l'Allemagne a toujours du mal à endiguer la pandémie. Le taux d'incidence sur sept jours s'élevait ainsi lundi à 61 (contre 60,2 dimanche), loin du plafond de 35 en deçà duquel des assouplissements peuvent être introduits.L'Allemagne est ainsi "au début d'une troisième vague" de contamination, prévient Karl Lauterbach, expert des questions de santé au sein du parti social-démocrate. "La mutation vient malheureusement détruire en ce moment notre bonne évolution", abonde le bras droit d'Angela Merkel à la chancellerie, Helge Braun.

En Angleterre
En Angleterre, un vent de liberté pointe le bout de son nez. Le gouvernement britannique a présenté sa stratégie de déconfinement en 4 étapes, à commencer par la réouverture des écoles le 8 mars. Puis fin mars, la consigne de rester à la maison sera levée et les rassemblements en extérieur, limités à six personnes ou deux foyers différents, seront autorisés.

Les magasins non essentiels, les coiffeurs, les pubs - mais seulement en extérieur - et musées devront en revanche attendre le 12 avril. Les cinémas, hôtels, stades (avec maximum 10.000 personnes), l'hôtellerie-restauration (en intérieur) suivront le 17 mai, date à laquelle les membres de différents foyers pourront se rencontrer en intérieur.

Enfin, si la situation sanitaire le permet, les dernières restrictions seraient levées le 21 juin.

Selon le Premier ministre, toute décision d'assouplir les restrictions sera prise en fonction des données scientifiques à sa disposition, comme l'efficacité des vaccins anti-Covid, le repli des hospitalisations et l'apparition de nouveaux variants.

Le gouvernement a fondé sa stratégie de sortie de crise sur la campagne de vaccination, lancée début décembre, qui bat son plein. Un adulte sur trois a déjà reçu une première dose, soit plus de 17,7 millions de personnes. D'ici mi-avril, les plus de 50 ans devraient tous avoir été partiellement vaccinés, puis tous les adultes d'ici fin juillet.

"Je crois fondamentalement que le programme de vaccination a changé la donne en notre faveur", a souligné Boris Johnson. Selon une étude écossaise lundi, les vaccins Pfizer/BioNTech et AstraZeneca/Oxford actuellement administrés ont permis de réduire les hospitalisations de respectivement 85% et 94%.















 
Notez







Inscription à la newsletter











Vidéos & images