Elène Tine : «Des députés absentéistes, pas une seule enquête parlementaire en cinq ans»

Jeudi 27 Avril 2017

Le coup de gueule est de la députée à l’Assemblée nationale, Elene Tine. Invitée du Forum civil pour faire le bilan de la 12e législature 2012-2017, ce mercredi à Thiès, elle est revenue sur les manquements d’une législature qui n’a pas répondu aux attentes des populations.

POLITIQUE


Elène Tine a déploré le fait qu’il n’y ait pas eu une seule enquête parlementaire pendant ces 5 ans. «Le peuple a intérêt à renforcer le parlement», martèle la députée. 

«J’ai le sentiment du devoir accompli. J’ai essayé de voter en âme et conscience les lois quand je pensais que c’était bon pour mon pays. Quand ce n’était pas bon, je n’ai pas cherché à savoir si ça plaisait où non au groupe auquel j’apparentais ou à l’exécutif. J’ai refusé de les voter», insiste Elène Tine qui estime n’avoir rien à se reprocher. 

«Personnellement, j’ai eu des déceptions au parlement. On a un règlement intérieur qui ne permet pas l’expression plurielle, qui ne permet pas de tirer le maximum du mandat de députés pour aller trouver des solutions. Durant toute cette législature, nous n’avons pas eu une seule enquête parlementaire», déplore l’élue face à la presse. 

«J’ai été assidue comme une élève à l’école», renchérit-elle, relevant les absences de certains de ses collègues qui ne se présentent pratiquement jamais à l’Assemblée nationale, alors qu’ils ont des indemnités, un véhicule et d’autres avantages en nature. 

«Il faut qu’on aille vers des indemnités parlementaires au lieu de donner une indemnité mensuelle aux députés qu’ils viennent ou qu’ils ne viennent pas. Nous avons constaté qu’il y a des députés qu’on ne peut même pas reconnaitre parce que pendant 5 ans ils ont été absentéistes». 

Pour elle, cette législature aura été un échec sur toute la ligne du fait de l’absence d’enquêtes. Parlementaires sur les questions brulantes de l’heure. «Pourquoi, face à la cherté du cout des tarifs de l’autoroute, le parlement ne s’est pas saisi de la question, faire une enquête parlementaire, regarder la concession qui a été faite, demander au gouvernement de réviser la concession pour que cette pression énorme sur les populations puisse être desserrée ?». 

S’il y avait eu rupture, on aurait dû avoir des enquêtes parlementaires sur la question du pétrole et du gaz, sur la situation de Transrail, sur la Nsts au lieu de laisser un Dg attaquer des députés», liste l’ancienne membre de Bës du Niakk et ex-membre de l’Afp. 

A l’en croire, il y a des blocages au bon fonctionnement de l’Assemblée nationale et le gouvernement ne joue pas le jeu. «Il faut qu’on travaille pour avoir un parlement fort. C’est à ce prix qu’on aura une démocratie forte, c’est à ce prix qu’on aura une émergence», conclut-elle.

Nouveau commentaire :



Publicité

Enquêtes et révélations

Présidentielle 2024 : Thierno Birahim Thiobane accuse Wade d’avoir travaillé pour Macky Sall

21/03/2019

Le Magal de Porokhane célébré ce 29 mars

21/03/2019

Dédommagement des sinistrés, construction de nouveaux bâtiments : L'État engage la réforme des marchés

21/03/2019

Commémoration de la naissance de Baye Niass : Taïba Niassène, point de convergence des talibés ce vendredi 22 mars 2019

21/03/2019

KOLDA : Une ville dans la pénombre.

21/03/2019

(Enquête) Riz “impropre à la consommation” à destination du Sénégal : Sous douane au port d’Abidjan, la cargaison en question risque la destruction

21/03/2019

Mort de Henry Diatta: Henriette sambou donne sa version

21/03/2019

Futur gouvernement: Les observateurs livrent leurs attentes

21/03/2019

Italie : Le témoignage du petit garçon qui a alerté la police milanaise et sauvé ses amis

21/03/2019

Macky va prêter serment à Diamniadio

21/03/2019