Dakarposte.com - Le site des scoops


Dakarposte.com




Pour violer sa cliente : le chauffeur de « clando » Abdoul Aziz Diakhaté et son acolyte avaient mis un couteau dans les parties intimes de Ndèye Ngoné Pène

Rédigé par Dakarposte le Jeudi 29 Juillet 2021 à 12:16

Condamnés à perpétuité en première instance, Abdoul Aziz Diakhaté et Galaye Cissé tentent d'avoir un adoucissement de peine en saisissant la cour d'Appel de la chambre criminelle de Dakar. À cet effet, ils risquent d'avoir gain de cause si le juge suit le réquisitoire de l'avocat général. Ils seront édifiés sur leur sort le 9 septembre prochain.
Les faits remontent à 2015, période à laquelle le chauffeur de clando Abdoul Aziz Diakhaté et son acolyte Galaye Cissé avaient une voiture clando de marque 205. Mais au lieu d'assurer correctement le transport des passagers, ils en profitaient pour détourner leurs clientes avant de les conduire au Technopôle pour de les dépouiller et parfois les violer.
Mais un jour, un nommé Bathie Lèye dans sa voiture a dépassé le « clando » et a entendu des cris. Ce qui lui semblait suspect. Il s'était trouvé que le chauffeur avait introduit un tournevis dans le vagin d'une cliente.
Ainsi, il a poursuivi le clando et à un moment donné une malheureuse victime des transporteurs indélicats nommé Niakama, a sauté de la voiture. Plus tard, il s’est révélé qu’elle s’était gravement blessée en chutant. Le chauffeur du clando, Abdou Aziz Diakhaté, a été appréhendé par Bathie Lèye.
Devant le prétoire, l'accusé Abdoul Aziz Diakhaté reconnaît partiellement les faits. « J’ai agressé deux femmes et j’ai agi seul, sans l'aide de personne. Et j'ai pris leurs téléphones que j'ai vendus à un nommé Saliou Diop que Galaye Cissé m'a présenté.
Interrogé sur l'agression de la dame Ndèye Ngoné Mbengue, il nie avoir violenté cette dernière. « C’est le policier qui lui a suggéré de chercher un certificat médical. Je lui ai simplement ordonné de me remettre ses affaires ». Toutefois, il déclare qu'il ne possède pas d'arme dans son véhicule et qu'il n'a jamais violé ses victimes.
Le procureur général lui fait savoir qu'il n'agissait pas seul. « Vous dites avoir agi seul, mais toutes les victimes disent qu’il y avait une deuxième personne à bord de votre véhicule. Avez - vous peur de Galaye », s'interroge le procureur.
Yakhana Diop une des victimes soutient : « lorsque je suis entrée, il a verrouillé les portes et puait l’alcool. Lorsqu’il a voulu prendre une voie détournée, je l’ai soupçonné et j’ai sauté du taxi au Rond-point après Canada. Et mon frère, qui était le gérant du parking, l’a poursuivi avec un scooter. Lorsqu'ils ont fouillé la voiture, ils ont trouvé des slips dans le véhicule », a-t-elle témoigné. Quant à Madjiguène Tall, elle déclare que ce jour-là, elle devait rejoindre son domicile après son boulot. Arrivé au niveau du Technopole, le suspect a sorti un couteau en m'enjoignant de ne pas crier sinon il allait me poignarder. "Je ne le prenais pas au sérieux, mais il m’a assénée quatre coups avant de m'éjecter du taxi. Il a emporté mon sac, mon téléphone, ma tablette et l'argent de la tontine", a-t-elle dit.
 
Pour Ndèye Ngoné Pène, cela a été plus douloureux.  « Je devais me rendre à Touba et j'avais pris le clando pour me rendre à Golf afin d'y prendre « l'horaire ». Lorsque j’ai remarqué que le chauffeur avait mis la sûreté de la portière, j’ai sorti 100 francs pour payer afin de descendre de la voiture, mais le passager de devant a sorti un couteau et m’a demandé de lui donner l’argent, c'était à hauteur du Technopole. J’avais des bijoux en plaqué, de l’argent. Le chauffeur a voulu me pénétrer et m'a forcé en me disant que si cela n’entre pas, je vais te tuer », affirme-t-elle tout en pleurs.
Elle ajoute que le chauffeur a mis le couteau sur ses parties génitales en disant qu’il allait la tuer. « J’étais vierge, ils ont gâché ma vie en détruisant ce que j’ai préservé depuis des années. Aziz a pris le couteau que détenait Galaye pour me forcer à avoir des rapports sexuels. Après le viol, il m’a déposée sur le gazon. J’avais la robe tachée de sang. C’est un chauffeur qui passait qui m’a déposée chez moi. J’ai rampé jusqu’au deuxième étage » lâche-t-elle.
Des allégations que l'accusé Abdou Aziz Diakhaté a balayé d'un revers de main.  Il a fait savoir au tribunal qu’il ne se trouvait pas à Dakar et que c'est la première fois qu'il se présente au tribunal. Selon Me Ousseynou Fall qui assure la défense de Galaye Cissé, il a souligné qu'il y a beaucoup de zones d’ombre dans cette procédure.
Lors de son réquisitoire, l'avocat général a requis 20 ans de travaux forcés contre Abdoul Aziz Diakhaté et 10 ans de travaux forcés contre Galaye Cissé. La partie civile demande quant à elle, la confirmation du jugement antérieur tandis que la défense demande la clémence de la chambre.
 Finalement, l'affaire a été mise en délibéré jusqu'au 09 septembre prochain.
Notez










Inscription à la newsletter











Vidéos & images