Dakarposte.com - Le site des scoops

Tanor menace Khalifa, Bamba Fall, Barth et Cie

POLITIQUE

Tanor menace Khalifa, Bamba Fall, Barth et Cie
Une candidature à la présidentielle est déclarés au sein du Ps et par ses instances, et non à travers la presse. Une pique directe de Tanor Dieng à Khalifa Sall. Le secrétaire général du Parti socialiste soutient qu’après le temps du dialogue, de la concertation, viendra celui des sanctions contre la minorité de socialistes entrée en guerre ouverte avec la direction du parti.

Pour les besoins du décryptage du message à la nation du chef de l’Etat, Ousmane Tanor Dieng a ouvert ses portes à la presse. Et au-delà du discours de Macky Sall, il a évoqué avec les journalistes la situation au Parti socialiste. Pour le cas spécifique de Khalifa Sall, le secrétaire général du Ps a tenu à faire des précisions. «Au Parti socialiste, pour être candidat, il faut aller dans les instances et y exprimer sa volonté de devenir candidat. Et ça, il y a des moments pour le faire dans les instances du parti», a indiqué Tanor.
Poursuivant, il précise à propos du processus de désignation d’un candidat à la présidentielle au Ps. «On étudie les dossiers déposés pour en sortir le moins de candidatures et si on en a une seule, c’est le meilleur choix. S’il y a plusieurs candidatures, ce sont les instances, c’est-à-dire les militants qui décident qui ils vont choisir», dit-il.
Dès lors, la candidature de Khalifa Sall, qui est brandie ça et là, ne l’intéresse et n’intéresse en rien le parti. «Une candidature déclarée dans la presse ou soufflée à un journaliste, pour nous, ce n’est pas une candidature. Si on veut être candidat au Parti socialiste, il y a une voie à suivre. Si tu es désigné par les instances, on te soutient. Chacun a le droit d’être candidat à la présidentielle de son pays, mais pas celui du Ps. Il faut que ceci soit clair», assène-t-il.

En outre, le patron des socialistes a souligné que la situation actuelle au sein du parti, avec «environ 10% » des membres qui s’opposent aux décisions des «90% des membres» et les dénigrent systématiquement, ne saurait perdurer. Pour lui, après «le temps du dialogue, de la discussion, de la concertation», viendra celui des sanctions contre ces récalcitrants.

Nouveau commentaire :




Enquêtes et révélations

Au Liban, nouveaux affrontements entre manifestants et policiers

15/12/2019

ALSAR À SALY / Racine Sy réussit le pari de la mobilisation... Ses partisans réaffirment leur engagement à cheminer avec lui aux côtés du Président Macky Sall.

15/12/2019

Notre confrère Pape Ibrahima Diassé s'est enfin marié!

15/12/2019

Malick Noël Seck sur son ralliement à l’Apr : «Seuls les imbéciles ne changent pas»

15/12/2019

Enseignement Supérieur : Les Très Nombreux Vacataires Des Universités Grognent

15/12/2019

Détournement de semences et d’engrais : les solutions de Farba Senghor

15/12/2019

Momar Diongue : « La gouvernance sobre et vertueuse vendue aux Sénégalais n’est que du pipeau »

15/12/2019

COP25 de Madrid : accord a minima sur le climat, les divergences persistent

15/12/2019

Guédiawaye : Bataille rangée entre partisans d'Ahmed Aïdara et ceux d'Aliou Sall

15/12/2019

3ème mandat présidentiel : « c’est un débat hors saison », selon Malick Noël Seck

15/12/2019