Dakarposte.com - Le site des scoops
Dakarposte.com

Incendie du pavillon vert du Cices: 11 mois après, aucune victime sénégalaise indemnisée

Rédigé par Dakarposte le Lundi 7 Novembre 2016 à 15:23

Senego


Les sinistrés du Cices toujours pas indemnisés. Une confidence de Alpha Amadou Thiam, porte-parole des victimes de l’incendie du pavillon vert du Cices, à Senego. Dans un entretien avec votre site d’information, M. Thiam fait part de ses regrets, sur cet incendie qui s’est produit dans la nuit du 12 au 13 décembre 2015. Bientôt un an après ce regrettable incident, les victimes courent toujours derrière leurs dus, au moment où les étrangers ont tous été indemnisés, au détriment des victimes sénégalaises.  

“11 mois après l’incendie, ils n’ont indemnisé aucune victime sénégalaise, pour ne pas dire africaine car, là où on nous a délaissés, les arabes ont été indemnisés avec des faveurs, pour qu’ils reviennent cette année“, dénonce M. Alpha Thiam, au micro de Senego. Et en tant que Sénégalais, ils se sentent lésés au profit des étrangers qui ont reçu leur dû, à travers leurs ambassades.

“Ce sont des femmes, des jeunes entrepreneurs qui, pour la plupart, ont bénéficié de prêts, font l’objet de poursuites, de sommations venant de leurs banques. Et tout ça, à cause d’un malheureux incident que les autorités peinent, ou se refusent à résoudre. Au moment où des étrangers sont privilégiés“, regrette notre interlocuteur.

“Je connais très bien le dossier. On a perdu des millions. Ils sont venus, via un expert, nous proposer une indemnisation à hauteur de 60% de ce que nous avons déclaré. On a accepté. Mais depuis lors, aucune réaction“, lâche-t-il dépité par les autorités.

Ainsi, malgré les sit-in, les lettres envoyées aux autorités, les demandes d’audiences, des sorties dans les médias, ils peinent à apercevoir le bout du tunnel. Aucune réaction des autorités, à part le Premier ministre qui a dépêché son conseiller technique. Notre interlocuteur de confier que ce dernier les aurait promis qu’il allait gérer ce dossier.

“On a écrit à toutes les autorités de ce pays. Que ce soit les autorités religieuse, du Cices, Étatiques, aucune réaction. Maintenant, on est à un mois de la Fidak, on nous dit que le dossier est toujours en cours. Nous sommes 38 victimes sénégalais. Aujourd’hui, toutes nos activités sont bloquées“, selon le porte-parole des victimes qui confie avoir écrit au président de la République qui les aurait envoyé un certain M. Diallo, son conseiller qui n’a toujours pas réagit.

“De notre côté, nous assurons qu’il n’y aura pas de Fidak tant que nous n’obtenons pas gain de cause“, menace l’interlocuteur de Senego qui remercie au passage Me El Hadji Diouf. Selon M. Thiam, ce dernier s’est auto-saisi du dossier, mais aussi Mame Mactar Guèye qui serait reçut par le premier ministre.

“Nous somme des self-made-man et n’avons jamais demandé quelque chose, à qui que ce soit. Nous sommes des Sénégalais qui avons investi sans l’aide de quiconque. Ni le Fongip, ni l’Anpej, aucune structure de l’Etat ne nous a financé. Nous nous sommes donné corps et âme pour trouver cette argent et investir dans le commerce et exposer nos produits à la foire. Et de là-bas, nous avons perdu des millions. Donc pourquoi tardent-ils à nous indemniser?“, se demande-t-il.

Les victimes demandent aux sénégalais de les soutenir en boycottant la Fidak afin de lutter contre “cette injustice”. Ils annoncent ainsi une marche “pacifique”, d’ici peut. Une demande d’autorisation a été déposée à cet effet, à la préfecture.


lettre-sinistres-fidak-2015-3                            lettre-sinistres-fidak-2015-2                            lettre-sinistres-fidak-2015-1
Notez


Inscription à la newsletter











Vidéos & images