Dakarposte.com - Le site des scoops

« Je suis étudiante au village mais prostituée à Ngor »

SOCIETE

« Je suis étudiante au village mais prostituée à Ngor »
Sur l’île de Ngor, des filles de joie offrent des services  de charme à bas prix. C’est le cas de Eva, cette étudiante qui  exerce sous une des tentes dédiées. Avec un gain mensuel de 450 mille Fcfa en moyenne, Eva s’accroche. Il y a deus ans de cela qu’elle a troqué les amphis pour la prostitution. Voici l’histoire d’une étudiante qui gagne bien sa vie, mais  à  la sueur de ses cuisses.
 

Une fois les pieds posés sur le sable de Ngor, les sollicitations des filles de  joie pleuvent de partout.  «Baye Fall bi, désirez-vous une chambre, une tente ou un parasol ». Un jeune homme, la vingtaine dépassée, me sert de guide et me promet un moment de détente inégalée. Pendant que nous nous faufilons sur les étroites allées de l’île, je m’avance presque hésitant avant de lui faire part de ma volonté plutôt cocasse« Où puis-je me procurer les services d’une fille de joie ? », lui demandais-je.

Un instant après j’entends mon guide du jour dire au téléphone : «Tu es où ? J’ai du travail pour toi ». Et quelques minutes après, surgissent deux dames. La conversation lancée, je prends mes aises avant qu’elles ne me conduisent vers leurs repères. Dès mon entrée dans la chambre, mon guide prit congé. Les deux femmes, assises devant moi, me demandent de faire un choix…

Nous discutons prix. Je lui propose 2000 Fcfa, mais juste pour une conversation. Native du village de Nadem, à 120 km à l’Est de Dakar, dans la région de Thiès, Eva n’a pas atterri sous une tente par choix, mais par accident de parcours. Ancienne étudiante de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar,  Eva  n’a pas honoré les attentes de la Faculté de Droit.  Après avoir  cartouché durant  deux ans, elle jette  l’éponge.  Entre pressions sociales, attentes parentales et propre fierté, «j’ai dû trouver un autre moyen de subsistance»,  se justifie-t-elle. C’est autre moyen et bien, c’est la prostitution.

Elle a trouvé son filon sur l’île paradisiaque de Ngor.  Avec un gain  journalier de 15.000 Fcfa par jour soit 450.000 Fcfa par mois, il n’est pas facile d’arrêter cette activité. Mais à l’occasion des fêtes ou vacances universitaires, Eva retourne dans son village de Ndem en tant  qu’étudiante.

Après une journée de travail bien remplie, c’est à Scat Urbam que Eva s’offre du repos. Elle partage un petit appartement avec trois autres copines qui exercent  le même métier dans  tous les lieux huppés de Dakar.

Actunet.net

Nouveau commentaire :



Publicité

Enquêtes et révélations

Émigration clandestine : Le père du jeune Doudou Faye jugé ce mardi

01/12/2020

Centre de redressement de Kara : Ce pensionnaire fait de terribles confidences

01/12/2020

Torture, trafic de drogue, vol : Les explications de Serigne Mame Cheikh Mbacké

01/12/2020

Cérémonie de passation de service à l’AIBD: L’ambition d’intégrer le Top 10 africain réaffirmée

01/12/2020

Trafic international de drogue: Une jeune de 14 ans arrêté

01/12/2020

Témoignage d’Iran Ndao sur Youssou Ndour: « Sa réussite sans conteste est due à sa détermination, à sa pugnacité… »

01/12/2020

Serigne Modou Kara Mbacké en 1995... En train de prêcher des agresseurs

01/12/2020

+Société africaine de Raffinage (SAR)/MT-OLINDA: Le Rapport controversé de l’Inspection Générale d’Etat (IGE)

01/12/2020

APRÈS SON DIVORCE, TONY SILVA OBTIENT LA MAINLEVÉE SUR SON COMPTE CBAO

01/12/2020

Dembourou Sow torpille les réseaux sociaux : « Pour dormir à poings fermés, j'ai une machette sous mon oreiller... Abdou Karim Sall est… »

01/12/2020