Arrestation Guy Marius Sagna : France dégage livre les détails

ACTUALITÉ



Face à la presse ce lundi, le Front pour une révolution anti-impérialiste populaire panafricaine (Frapp) a retracé le film de l’arrestation de leur camarade Guy Marius Sagna, qui en détention pour fausse alerte au terrorisme.

Jour de son arrestation

C'est le lundi 15 juillet, dans la soirée, que le commandant de la gendarmerie de Colobane a laissé un message à Guy Marius Sagna, pour l'informer que le lendemain une convocation lui sera fait parvenir. Le lendemain mardi 16 juillet 2019, un peu après 10 h, quatre éléments de la Section de recherches de la gendarmerie de Colobane sont venus lui remettre la convocation dans les locaux où l'organisation Frapp/France dégage tient ses réunions, à Dieuppeul. Il a reçu le document et leur a dit : "D'accord." Mais ils ont ajouté : "Vous êtes en état d'arrestation."

Et à la question : "Quelle infraction ai-je commise ?", ils lui ont demandé de se lever et de les suivre. Ce qu'il a aussitôt fait. Et ils l'ont conduit dans leurs locaux. Sur place, les gendarmes enquêteurs lui signifient que c'est le procureur qui les a instruits d'aller le cueillir pour lui demander de s'expliquer sur deux post qu’il a publiés la veille sur Facebook.

Guy Marius Sagna leur a alors répondu par la question : "Quelle est l'infraction pour laquelle je suis ainsi privé de liberté ?" Évidemment, il s'agit de la question préalable, car s'il n'y a pas d'infraction, sa présence, contre sa volonté, dans les locaux de la gendarmerie, ne se justifie pas du point de vue du droit. Mais aucune infraction ne lui a été notifiée. Plutôt, le gendarme enquêteur lui répétait que le procureur veut qu'il s'explique sur ses deux post la veille, c'est-à-dire le lundi 15 juillet 2019 à 12 h 24 et 16 h 03.

Dans les locaux de la gendarmerie

Devant l'insistance de l'agent, Guy Marius Sagna a répondu qu'il n'avait pas à s'expliquer sur des opinions qu'il a exprimées sur Facebook et que s'il a violé la loi, qu'il lui notifie l'infraction. Alors que nous pensions qu'il allait rentrer avec nous, il lui a été notifié qu'il allait passer la nuit en détention, pour être présenté le lendemain au procureur. Clairement, pour le gendarme enquêteur comme pour nous, cela ne faisait pas sens.

Comment peut-on priver quelqu'un de liberté sans aucune infraction à lui notifiée, le garder à vue pour, le lendemain, le déférer au parquet pour y faire face au procureur, sans toujours lui avoir notifié une infraction ? L'on comprend, dès lors, que le lendemain mercredi 17 juillet 2019, après près de huit heures passées dans la cave du tribunal de Dakar, Guy Marius Sagna est revenu dans les locaux de la Section de recherches de Colobane pour un retour de parquet. Plus tard, ils diront que c'était pour un complément d'enquête. Soit !

Le texte liminaire de France dégage

En vérité, faute d'avoir une infraction à lui opposer du point de vue du droit, relativement aux deux post susmentionnés, le procureur a instruit le gendarme enquêteur d'essayer une autre piste pour trouver une infraction. C'est ainsi que le gendarme enquêteur a interpellé Guy Marius Sagna sur un post qu'il aurait partagé sur Facebook, portant sur la France qui prépare un attentat terroriste au Sénégal.

En fait, il s'agit du texte liminaire de la conférence de presse de l'organisation Frapp-France dégage, tenue l'avant-veille, lundi 15 juillet 2019. Ce texte n'a pas été partagé par Guy Marius Sagna sur sa page Facebook, contrairement à ce qu'ils disent. C'est le Frapp, personne morale, qui est l'auteur du texte, et non Guy Marius Sagna intuiti personae. Guy Marius Sagna n'était pas sur le présidium à cette conférence de presse, comme vous pouvez le vérifier sur les images relayées par les organes qui ont fait la couverture médiatique. Certes, Guy Marius Sagna est membre du Frapp, mais il n'en est pas le coordonnateur. Aucun autre membre de l'organisation Frapp-France dégage n'a été convoqué ou interrogé sur ce texte.

La question de Guy qui agace l’enquêteur

Et là, en présence de son avocat et d'une assistante, le gendarme enquêteur s'est penché en arrière et, en riant, a sorti : "Apologie du terrorisme, par exemple !". Et là, Guy Marius Sagna, choqué, lui a rétorqué : "Mais vous êtes sérieux ?" Cette question n'a évidemment pas plu au gendarme enquêteur. Mais ce dernier était encore plus agacé par la situation ubuesque dans laquelle il se trouvait à la recherche d'une infraction contre un citoyen privé de liberté depuis plus de 48 heures.

Il savait que tout ceci était une mascarade et que ce qu'on lui demandait, ce n'était pas d'enquêter, mais d'inventer une infraction. On parle d'un capitaine de la gendarmerie tout de même, membre d'un corps d'élite et éduqué et formé dans des valeurs, à en juger par son humanité, malgré sa fermeté. Le gendarme enquêteur, reprenant son air sérieux, dira que c'était pour plaisanter. Finalement, ils n'ont toujours pas trouvé une infraction commise par Guy Marius Sagna.

Deuxième nuit à la Section de recherches

Guy Marius Sagna passe ainsi sa deuxième nuit en détention à la Section de recherches de la gendarmerie de Colobane. Il n'y a toujours pas d'infraction. Le lendemain, il est reconduit au tribunal de Dakar pour un autre face-à-face avec le procureur. Après neuf heures dans la cave, un autre retour de parquet. Ainsi, Guy Marius Sagna passe sa troisième nuit en détention, cette fois au violon du commissariat central.

Finale Sénégal Algérie : Mandat de dépôt

Le lendemain 19 juillet 2019, profitant du moment où tous les Sénégalais étaient concentrés sur le match de la finale de la Coupe d'Afrique de football entre le Sénégal et l'Algérie, ils ont sournoisement placé Guy Marius Sagna sous mandat de dépôt. Ils ont finalement fabriqué une infraction : fausse alerte au terrorisme ! Toutefois, l’organisation panafricaine a précisé que ce document est le texte liminaire de la conférence de presse de Frapp-France dégage. Et au moment de sa lecture, Guy Marius Sagna n’était même pas sur le présidium. Elle rappelle également qu’il ne l’a pas partagé sur sa page Facebook.


Nouveau commentaire :



Publicité

Enquêtes et révélations

​Drame à Tivaoune : Un camion écrase une fillette de 4 ans

24/08/2019

Redressement: le Fisc ne lâche pas Me Ciré Clédor Ly

24/08/2019

Liverpool : Jamie Carragher préoccupé par le manque de repos de Sadio Mané

24/08/2019

Un G7 potentiellement explosif s'ouvre à Biarritz

24/08/2019

Crise au sein du Pds : « Nous avons la légalité (...) nous ne pouvons pas reculer et nous allons nous organiser » (Oumar Sarr)

24/08/2019

KAFFRINE : NÉNÉ FATOUMATA TALL APPELLE LES JEUNES À S’OUVRIR AUX MÉCANISMES DE FINANCEMENT

24/08/2019

AMATH DANSOKHO, UN "COMBATTANT DE LA LIBERTÉ’’ ET UN "SERVITEUR DE LA RÉPUBLIQUE’’, DIT MACKY SALL

24/08/2019

Hommage À Amath DANSOKHO : Les Acteurs Politiques Unanimes

24/08/2019

NOYADE: Mort tragique de deux jeunes filles à Saly

23/08/2019

Feu Amath Dansokho va désormais se reposer à Saint Louis !

24/08/2019