Dakarposte.com - Le site des scoops

Condamné pour avoir refusé un poste d'assistante à un homme

Un employeur a été condamné le 9 novembre dernier par le tribunal du travail de Bruxelles pour discrimination fondée sur le sexe, annonce mercredi l'Institut pour l'égalité des femmes et des hommes (IEFH) dans un communiqué. L'employeur avait publié une offre d'emploi pour une "assistante administrative", en féminisant toutes les qualifications requises ("rigoureuse", "organisée", etc.). Il a refusé un candidat parce qu'il s'agissait d'un homme. Selon l'Institut, il s'agirait de la première fois qu'un employeur est condamné en Belgique pour une offre d'emploi ou un recrutement discriminatoire.

International

Condamné pour avoir refusé un poste d'assistante à un homme
L'employeur a rejeté la candidature masculine parce qu'il recherchait "comme précisé dans l'annonce, une assistante administrative, de sexe féminin", indique l'IEFH. Celui-ci a été sollicité par le candidat et l'Institut a tout d'abord tenté de trouver une solution, en vain, lors d'une conciliation. Il a ensuite introduit l'affaire en justice.

Le 9 novembre dernier, le tribunal du travail de Bruxelles a condamné l'employeur pour discrimination fondée sur le sexe dans le domaine de l'accès à l'emploi. Il doit indemniser la victime à hauteur de 5.308,59 euros, soit trois mois de salaire brut et l'IEFH d'un euro symbolique.

Une première en Belgique
"Il s'agit, selon nos informations, de la première fois qu'un tribunal condamne un employeur à la suite d'une offre d'emploi ou d'un recrutement discriminatoire", souligne Liesbet Stevens, directrice-adjoint de l'Institut.

"Trop souvent encore le sexe des candidat-e-s (...) est perçu comme le reflet de leurs compétences professionnelles. (...) On constate chez certains employeurs des convictions selon lesquelles un homme ou une femme est plus ou moins indiqué-e pour exercer une certaine fonction", réagit Michel Pasteel, directeur de l'Institut, dans le communiqué.

Le travail reste le domaine où les discriminations sont les plus courantes, précise l'Institut. Plus d'un tiers des signalements (37%) est lié au recrutement et à la sélection. Les femmes sont les principales victimes mais les hommes sont également concernés, comme le montre cette affaire, conclut l'IEFH.

Nouveau commentaire :



Publicité

Enquêtes et révélations

L'opposition manœuvre pour contrecarrer la proposition de "statut spécial de Dakar"- Révélations sur la rencontre de Barthélemy Dias et Cie prévue ce samedi

21/02/2020

Le nord de l'Italie touché par une vague de contaminations au Covid-19

21/02/2020

AUDIENCES TOUS AZIMUTS DE WADE… Que Mijote Le Pape Du Sopi ?

21/02/2020

Mpal: le khalife général de Mame Rawane Ngom est décédé

21/02/2020

Mame Makhtar Gueye: " La page est tournée, ma fille part aux Usa pour..."

21/02/2020

Le patron du PSG Nasser Al-Khelaïfi inculpé par la justice suisse

21/02/2020

Affaire Aïda Diallo : Serigne Mountakha s'en lave les mains, définitivement

21/02/2020

Kaolack : Un vendeur de poisson meurt par noyade.

21/02/2020

Présidentielle au Togo : au pouvoir depuis 2005, Faure Gnassingbé brigue un... quatrième mandat

21/02/2020

Me Moussa Sarr : " Pape Alé Niang est libre depuis ce matin"

21/02/2020