Condamné pour avoir refusé un poste d'assistante à un homme

le Mercredi 22 Février 2017 à 17:16

Un employeur a été condamné le 9 novembre dernier par le tribunal du travail de Bruxelles pour discrimination fondée sur le sexe, annonce mercredi l'Institut pour l'égalité des femmes et des hommes (IEFH) dans un communiqué. L'employeur avait publié une offre d'emploi pour une "assistante administrative", en féminisant toutes les qualifications requises ("rigoureuse", "organisée", etc.). Il a refusé un candidat parce qu'il s'agissait d'un homme. Selon l'Institut, il s'agirait de la première fois qu'un employeur est condamné en Belgique pour une offre d'emploi ou un recrutement discriminatoire.


Condamné pour avoir refusé un poste d'assistante à un homme

L'employeur a rejeté la candidature masculine parce qu'il recherchait "comme précisé dans l'annonce, une assistante administrative, de sexe féminin", indique l'IEFH. Celui-ci a été sollicité par le candidat et l'Institut a tout d'abord tenté de trouver une solution, en vain, lors d'une conciliation. Il a ensuite introduit l'affaire en justice.

Le 9 novembre dernier, le tribunal du travail de Bruxelles a condamné l'employeur pour discrimination fondée sur le sexe dans le domaine de l'accès à l'emploi. Il doit indemniser la victime à hauteur de 5.308,59 euros, soit trois mois de salaire brut et l'IEFH d'un euro symbolique.

Une première en Belgique
"Il s'agit, selon nos informations, de la première fois qu'un tribunal condamne un employeur à la suite d'une offre d'emploi ou d'un recrutement discriminatoire", souligne Liesbet Stevens, directrice-adjoint de l'Institut.

"Trop souvent encore le sexe des candidat-e-s (...) est perçu comme le reflet de leurs compétences professionnelles. (...) On constate chez certains employeurs des convictions selon lesquelles un homme ou une femme est plus ou moins indiqué-e pour exercer une certaine fonction", réagit Michel Pasteel, directeur de l'Institut, dans le communiqué.

Le travail reste le domaine où les discriminations sont les plus courantes, précise l'Institut. Plus d'un tiers des signalements (37%) est lié au recrutement et à la sélection. Les femmes sont les principales victimes mais les hommes sont également concernés, comme le montre cette affaire, conclut l'IEFH.
Notez

Nouveau commentaire :

ACTUALITÉ | URGENT | International | PEOPLE & BUZZ | PHOTO | ENQUÊTES & REVELATIONS | CONTRIBUTIONS | COMMUNIQUE | VIDÉOS | Revue de presse | INTERVIEW | NÉCROLOGIE | Analyse | Insolite | Bien être | Lu ailleurs | QUI SOMMES NOUS ? | PUB





Publicité













Vidéos & images




Les surnoms intimes des femmes qui font craquer les hommes

Le secret pour vivre 30 ans de plus, selon cet expert

L'hypertension artérielle, une "tueuse silencieuse"

Incroyable, voici comment reconnaître une femme qui est bonne au lit

Les 20 maladies que vous pouvez guérir en faisant l’amour

La poire de terre, le Yacon, arrive en Belgique

7 choses à savoir sur les femmes fontaines ( éjaculation féminine ? )

La raison pour laquelle on embrasse avec la langue

Sen Santé – Tout sur les maladies tropicales négligées

Le Zika, une arme potentielle contre le cancer du cerveau