Condamné pour avoir refusé un poste d'assistante à un homme

Un employeur a été condamné le 9 novembre dernier par le tribunal du travail de Bruxelles pour discrimination fondée sur le sexe, annonce mercredi l'Institut pour l'égalité des femmes et des hommes (IEFH) dans un communiqué. L'employeur avait publié une offre d'emploi pour une "assistante administrative", en féminisant toutes les qualifications requises ("rigoureuse", "organisée", etc.). Il a refusé un candidat parce qu'il s'agissait d'un homme. Selon l'Institut, il s'agirait de la première fois qu'un employeur est condamné en Belgique pour une offre d'emploi ou un recrutement discriminatoire.

International

Condamné pour avoir refusé un poste d'assistante à un homme
L'employeur a rejeté la candidature masculine parce qu'il recherchait "comme précisé dans l'annonce, une assistante administrative, de sexe féminin", indique l'IEFH. Celui-ci a été sollicité par le candidat et l'Institut a tout d'abord tenté de trouver une solution, en vain, lors d'une conciliation. Il a ensuite introduit l'affaire en justice.

Le 9 novembre dernier, le tribunal du travail de Bruxelles a condamné l'employeur pour discrimination fondée sur le sexe dans le domaine de l'accès à l'emploi. Il doit indemniser la victime à hauteur de 5.308,59 euros, soit trois mois de salaire brut et l'IEFH d'un euro symbolique.

Une première en Belgique
"Il s'agit, selon nos informations, de la première fois qu'un tribunal condamne un employeur à la suite d'une offre d'emploi ou d'un recrutement discriminatoire", souligne Liesbet Stevens, directrice-adjoint de l'Institut.

"Trop souvent encore le sexe des candidat-e-s (...) est perçu comme le reflet de leurs compétences professionnelles. (...) On constate chez certains employeurs des convictions selon lesquelles un homme ou une femme est plus ou moins indiqué-e pour exercer une certaine fonction", réagit Michel Pasteel, directeur de l'Institut, dans le communiqué.

Le travail reste le domaine où les discriminations sont les plus courantes, précise l'Institut. Plus d'un tiers des signalements (37%) est lié au recrutement et à la sélection. Les femmes sont les principales victimes mais les hommes sont également concernés, comme le montre cette affaire, conclut l'IEFH.

Nouveau commentaire :



Publicité

Enquêtes et révélations

UN CLUB CHINOIS PRÊT À "D’IMPORTANTS EFFORTS FINANCIERS’’ POUR MBAYE NIANG

27/06/2019

CHAMBOULEMENT SUSPECT À LA DOUANE / Le DG et son Directeur des Opérations Douanières soupçonnés d'avoir cherché à ' effacer ' les supposés proches d'Amadou Bâ et à placer leurs hommes aux postes stratégiques.

27/06/2019

​Macky se pose à Istanbul avant de rallier Osaka

27/06/2019

Marche : La Coalition des travailleurs va descendre dans la rue vendredi prochain

26/06/2019

Marième Badiane : " Le Pr Macky Sall remettait à leur place tous ceux qui tentaient de me faire ombrage"

26/06/2019

​Macky à Abuja les 26 et 27 juillet

26/06/2019

Climat délétère dans une stratégique direction du ministère des finances

26/06/2019

Convocation à la Dic : Mamadou Thiam fait la leçon à Ousmane Sonko et ...

26/06/2019

UNE ANCIENNE MISS ACCUSE JAMMEH DE VIOL : « JE SUIS LITTÉRALEMENT SORTIE EN TITUBANT »

26/06/2019

Mauritanie: une centaine d’étrangers dont des Sénégalais arrêtés, Internet coupé

26/06/2019