Le CIO ne suspend pas la Russie

Le Comité International Olympique (CIO) a décidé dimanche de ne pas suspendre la Russie de manière globale des Jeux de Rio, préférant laisser les fédérations internationales trancher au cas par cas quant aux athlètes russes admissibles ou non à une participation aux Jeux.

International

Le CIO ne suspend pas la Russie

La Commission exécutive du CIO s'est réunie dimanche, par téléphone, afin de se pencher sur le cas de la Russie, au centre d'un scandale de dopage. Le CIO a étudé les éléments (à charge) relevés par le "rapport McLaren", le rapport d'une comission d'enquête indépendante commandité par l'Agence mondiale antidopage (AMA) et qui a mis au jour des années de "dopage d'Etat" en Russie, incluant des stratagèmes permettant de camoufler les cas positifs. Il a également tenu compte du verdict du tribunal arbitral du sport (TAS), qui a récemment rejeté l'appel des athlètes russes, exclus des Jeux de Rio à la suite de la suspension de la fédération russe d'athlétisme par la Fédération internationale de ce sport (IAAF).

De nombreuses organisations sportives attendaient du CIO qu'il décide d'une suspension pure et simple du comité national olympique russe, le ROC. Celui-ci a pu "plaider sa cause et celle des athlètes russes", via son président Alexander Zhukov, qui s'est exprimé "au début de la conférence téléphonique tenue par la commission exécutive", note le CIO. "Durant son intervention, M. Zhukov a expliqué que la Fédération de Russie et le ROC s'engageaient à coopérer pleinement avec toutes les organisations internationales afin de faire la lumière sur tous les éléments de ce dossier. Il a également donné l'assurance que le ROC allait opérer une vaste et complète restructuration du système russe de lutte contre le dopage".

Finalement, et vu que "le rapport d'enquête indépendante ne tirait aucune conclusion à l'encontre du ROC en tant qu'institution", le CIO n'a pas pris la décision radicale d'une suspension de celui-ci, et a préféré mettre en avant "le droit à la justice individuelle", tout en s'appuyant sur les fédérations internationales de chaque sport pour sa mise en oeuvre. 

Pour établir leur contingent d'athlètes russes admissibles aux JO, les différents fédérations internationales devront notamment "procéder à une analyse du dossier antidopage de chaque athlète, en tenant compte uniquement des contrôles appropriés et fiables effectués au niveau international". Elles devront aussi "examnier les informations contenues dans le rapport d'enquête indépendante" et chercher à "obtenir de l'AMA les noms des athlètes et des fédérations nationales impliqués".

Les athlètes jugés éligibles par leur fédération internationale seront finalement soumis "à un programme rigoureux de contrôles hors compétition supplémentaires", souligne le CIO. 

Les Jeux de Rio se déroulent du 5 au 21 août.

7SUR7

 

Nouveau commentaire :



Publicité

Enquêtes et révélations

SENELEC "paralyse" le Centre des Services Fiscaux de Rufisque

18/09/2019

Adama Gaye libéré

18/09/2019

EXCLUSIVITÉ DAKARPOSTE! Jean Baptiste Tine nommé Haut Commandant de la Gendarmerie Nationale

18/09/2019

Pape Alé Gueye, Président Mina Distribution Arrêté Et Inculpé En France.

18/09/2019

Cheikh Diallo: " Il n'y aura pas d'élections législatives en 2022 "

18/09/2019

Linguère: Un père de famille se donne la mort par pendaison

18/09/2019

Bilan Du Chavirement Au Large Des Iles De La Madeleine : C’est La Valse Des Chiffres

18/09/2019

Dialogue politique : l’opposition et le pouvoir trouvent un accord sur la composition des listes électorales

18/09/2019

FINANCEMENTS DER : LOUGA AFFICHE UN TAUX DE REMBOURSEMENT "SATISFAISANT" (DÉLÉGUÉ)

18/09/2019

Washington est convaincu que les attaques en Arabie saoudite ont été lancées depuis l'Iran

18/09/2019