Dakarposte.com - Le site des scoops

Le COVID 19 est dans le détail

Mercredi 22 Avril 2020 - 08:59
Analyse

Depuis la confirmation par l’OMS de l’état de pandémie de la COVID 19 et le grand déferlement de la maladie dans des zones réputées les plus sécures en matière sanitaire ( Europe Amérique du Nord) avec son   lot de  morts, il s’est développé,  partout sur la planète, un nouveau type de rapport entre les hommes et entre les hommes et leur environnement.
Tout d’un coup, le monde se rend compte que les vieux réflexes éprouvés dans la gestion des épidémies sont devenus obsolètes. Un nouveau vocabulaire commence à faire florès. 
Le contact, ce grand déterminant dans l’humanise devient un danger ; la communauté devient un problème ; la dynamique, mère de tous les progrès cède la place à un devoir de sédentarité, d’immobilisme ; l’importation symbole d’enrichissement s’apparente à une calamité.
Des repères si importants, naguère, deviennent des lignes floues au travers desquels des interrogations de toute sorte fusent.
Nous nous découvrons tous à parler d’émergence, pas en économie, mais à propos d’un être, invisible à l’œil nu mais, dont les effets sautent au visage. Le langage médical devient une banalité, des termes qui pouvaient, hier nous sembler assez complexes comme la séquenciation, le génome, deviennent d’usage courant. 
Le CoVId 19 a pris le pouvoir et est devenu le seul et unique « patron » par la volonté du  Tout Puissant.
Nous ne vivons que par et à travers lui, et cela fait cinq mois qu’il mène le monde par le petit bout du nez.
C’est qu’il aime le détail le SRAS COV2.
Il nous ramène à être attentif à nos gestes les plus simples : faire un câlin, embrasser quelqu’un, toucher une porte, éternuer, tousser……….
Rien ne se fait plus dans les actes « normaux «  de la vie courante sans que notre pensée va à leurs conséquences possibles en rapport avec le « nouveau patron ».
Va-t-il bien le prendre ? Ne va-t-il pas le considérer comme une défiance ?
Pour nous qui ne vivions que par ordre de grandeur, aimions les espaces, les grandes mouvements, la situation n’est que peu tenable ?
Même nos rêves, ces espaces ou chacun pouvait faire des échappées belles prennent un coup d’amaigrissement.
Qui pour rêver de prendre l’avion demain pour se retrouver à Paris, Miami, Rome ?

Nous voilà réduits à naviguer entre nos salons, si nous en avons, nos toilettes, nos chambres jardins et autres couloirs de maison !
Nous voilà réduits à faire passer les gels hydro alcooliques et autre savons entre les doigts de nos mains, devenus des enjeux. Nous voilà contraints de faire attention à comment nous toussons, éternuons, saluons. 
Nous voilà donc réduits par la force de cet infiniment petit a comprendre que le salut et le diable sont dans le détail comme deux parties d’une seule réalité : la dure condition humaine.


Cheikh MBAYE






 
Mamadou Ndiaye

Nouveau commentaire :



Publicité

Enquêtes et révélations

Edouard Philippe a déjeuné avec Nicolas Sarkozy

05/06/2020

AIDE ALIMENTAIRE : DES ‘’MANQUEMENTS’’ DANS L’IDENTIFICATION DES AYANTS DROIT À SÉDHIOU

05/06/2020

De l’argent blanchi par les Fares au Sénégal dans le viseur du FBI

05/06/2020

Le procès de mineurs finalement renvoyé au 12 juin prochain pour la production des vidéos scellées

05/06/2020

Sandiara: Saisie de 106 kg de drogue par la gendarmerie

05/06/2020

AFFAIRE DU SCANDALE SEXUEL AUX MARISTES ET À SACRÉ-CŒUR - Pourquoi l'audience a été finalement renvoyée à...

05/06/2020

«Je ne ressens rien pour Ibra l’italien à part de l’amitié»

05/06/2020

Régularisation des sans-papier : Rush et pagaille devant le consulat du Sénégal à Milan

05/06/2020

L'épidémie de Covid-19 sous contrôle en France, selon les experts

05/06/2020

En écho aux États-Unis, Omar Sy appelle à «dénoncer les violences policières» en France

05/06/2020