Dakarposte.com - le site des scoops et des exclusivités

"Le Sénégal de tous, le Sénégal pour tous..."- Chronique d'un auto-satisfecit non mérité "

Lundi 1 Janvier 2018

Guest Édito: Mouhamed Bachir Diop

ACTUALITÉ

"Le Sénégal de tous, le Sénégal pour tous..."- Chronique d'un auto-satisfecit non mérité "

Comme d’habitude, le président de la République a abreuvé les Sénégalais de lieux communs à l’occasion de son discours de vœux de nouvel an. Ses généralités ont même épousé les contours d’un discours de fonctionnaire dicté par ses patrons, la France et les bailleurs de fonds institutionnels que sont la Banque mondiale et le Fmi. Ses chiffres s’approchent des minima préconisés par les pendants de ces instituions déclinés par les sigles biens connus : Fmi, Bm, Bad, Badea… et ils lui offrent des points de satisfactions «diplomatiques» qui, dans la réalité n’ont aucun sens pour les ménages urbains et ruraux de notre pays qui continuent de chercher le diable pour lui tirer la queue. Sur l’Economie nationale, monsieur Macky Sall tente de rassurer les Sénégalais en leur annonçant une croissance plus soutenue après les résultats en hausse obtenus cette année : (6,8% pour 2017 et une perspective de plus de 7% pour 2018). Pour soutenir ces performances économiques attendues, il y ajoute les recettes importantes prévues pour l’exploitation prochaine du gaz et du pétrole… Les économistes professionnels répondront, au regard surtout de l’implication de son frère, Aliou Sall dont le nom apparaît clairement dans une transaction douteuse que l’on n’attendait pas de la part d’un journaliste de formation qui n’a que très peu exercé. Mais lorsqu’il lance un appel au dialogue, il s’adresse à tout le monde en général mais au Mfdc en particulier pour la paix en Casamance. Il sait naturellement que la classe politicienne traditionnelle ne répondra pas à sa main tendue, lui dont le trait essentiel pour qui veut le décrire est qu’il est le plus grand «emprisonneur» d’opposants politiques de l’histoire du Sénégal. Au nom d’un deuxième mandat pour lequel il est prêt à «sacrifier» (au propre comme au figuré) tous ceux qui s’y opposent. Il est satisfait sur les questions de l’éducation nationale, de l’enseignement supérieur et de la formation professionnelle. Il promet de nouvelles infrastructures mais, depuis cinq ans il peine à mettre fin à l’existence des abris provisoires dans les écoles en milieu rural. Mais, pour se fabriquer l’image d’un Président reconnu de ses pairs par ses efforts en vue de l’émergence, il se glorifie de la tenue prochaine de la Conférence de reconstitution de fonds du Partenariat mondial pour l’éducation, la 3ème du genre qui va se tenir dans notre pays en février prochain. Avec l’objectif de mobiliser «3,1 milliards de dollars en vue de soutenir la scolarisation de millions d’enfants à travers le monde pour les années à venir». Comme on le voit il parle «d’années à venir» alors qu’il ne sait pas comment gérer les années présentes. Mais l’annonce de cette conférence est essentielle pour lui car elle sera coparrainée par la France… «Force bonté» pour lui. Il ne précise pas de quelle poche proviendront le 40 milliards qu’il prévoit pour les bourses de sécurité familiale, ni les 300 milliards qu’il souhaite allouer au financement du PUDC encore moins les 175 milliards destinés au fameux «Programme de Modernisation des Villes». Un emprunt ou un investissement national très loin de notre portée ? Allons donc savoir avec cette question de la dette nationale qui enfle, qui enfle… alors que la fortune de la famille présidentielle est en train de gonfler et gonfler… en ce Sénégal de Tout Pour les Sall. Ne passons surtout pas par pertes et profits les grands oublis du discours : Les manipulations constantes de magistrats pour museler les opposants, pratique récurrente que dénonce l’Union des magistrats du Sénégal, le flop de la traque des biens mal acquis maladroitement avoué par Mimi Touré et qui empêchent les pontes de Bennoo Bokk Baakar de dormir du sommeil du juste, sans compter les scandales Bictogo, les Cartes d’identités Cedeao qui ont coûté 52 milliards au contribuable, la Caisse de dépôts et de consignations confiée au frère bien-aimé, etc… etc., questions qui ont été soigneusement évitées par Macky Sall qui s’adressait aux Sénégalais. De quelle planète ?

Nouveau commentaire :



Publicité


Enquêtes et révélations

En détention préventive depuis plus de 3 ans pour apologie au terrorisme, l'étudiant Ousseynou Diop obtient enfin son procès (EXCLUSIVITÉ DAKARPOSTE)

19/11/2018

MAOULID DE TIVAOUANE : TROIS MORTS DANS DES ACCIDENTS DE LA CIRCULATION

19/11/2018

Retrait de l'agrément de l'Ong Lead Afrique: L’Etat traque 350 millions F Cfa présumés de "Y en marre" et met en demeure "Oxfam" et "Enda"

19/11/2018

Les vagues se déchainent, Guet Ndar en passe d'être englouti par la mer

19/11/2018

La coalition ADIANA de thierno lo dépose un premier jet de 16.078 parrains pour Macky Sall

19/11/2018

La célèbre coiffeuse Nabou Diallo atrocement mordue par sa co épouse ...Révélations...

19/11/2018

URGENT! La Mauritanie se qualifie a la CAN2019 pour la première fois de son histoire.

18/11/2018

Les responsables du meurtre de Khashoggi bientôt identifiés, affirme Trump

18/11/2018

Lycée Kennedy : L’élève de 17 ans qui entretenait une relation avec son Directeur de l’école se confie:« J’ai enregistré par audio nos ébats sexuels car il détenait mes photos et vidéos à moitié nue»

18/11/2018

Retrait de l'agrément de l'Ong Lead: La Société Civile contre la décision de l’Etat

18/11/2018