Dakarposte.com - Le site des scoops

Le retour de milliers de djihadistes, un "défi énorme pour la sécurité"

International

Le califat, qu'avait proclamé en 2014 l'EI à cheval sur l'Irak et la Syrie avec une superficie égale à l'Italie, a perdu 85% de son étendue grâce à une offensive sans précédent menée par des force appuyées par les Etats-Unis ou la Russie. © afp.

Le retour dans leur pays d'au moins 5.600 jihadistes résidant dans les zones contrôlées par le groupe État Islamique (EI) en Irak et en Syrie représente un "défi énorme pour la sécurité", souligne un rapport du centre Soufan.

"Jusqu'à présent, au moins 5.600 citoyens ou résidents de 33 pays sont rentrés chez eux. Il faut y ajouter un nombre indéterminé venant d'autres pays. Ceci représente un défi énorme pour la sécurité et pour les services de police", assure ce groupe de réflexion spécialisé dans les questions de sécurité.

Le califat, qu'avait proclamé en 2014 l'EI à cheval sur l'Irak et la Syrie avec une superficie égale à l'Italie, a perdu 85% de son étendue grâce à une offensive sans précédent menée par des force appuyées par les Etats-Unis ou la Russie.

"Quiconque veut continuer à combattre trouvera sa voie pour le faire"
Pour Soufan, sur "la cohorte de plus de 40.000 étrangers venant de 110 pays ayant afflué pour rejoindre l'EI avant et après la proclamation du califat en juin 2014 (...), il est inévitable que certains resteront attachés à une forme de djihad violent popularisé par l'EI et al-Qaïda". "Il est est clair aussi que quiconque veut continuer à combattre trouvera sa voie pour le faire", note le Centre. 

Selon Radicalisation Awareness Network (RAN), cité dans le rapport, au moins 30% des quelque 5.000 ressortissants de l'Union européenne qui étaient partis en Syrie et en Irak sont rentrés chez eux. D'après le président russe Vladimir Poutine, 10% des 9.000 combattants venus de Russie et des ex-républiques soviétiques, onrt fait de même. Le centre Soufan indique de son côté que c'est de Russie qu'est venu le plus grand nombre de jihadistes (3417), devant l'Arabie saoudite (3244), la Jordanie (3000), la Tunisie (2962) et la France (1910).

Quid des femmes et enfants?
L'étude souligne par ailleurs le problème des femmes et enfants qui ont rejoint l'EI. Elle relève également que la politique des gouvernements vis-à vis des djihadistes de retour aboutit généralement à l'incarcération, "qui ne fait que repousser le problème", ou à la réhabilitation et la réintégration, "mais ces programmes sont notoirement difficiles à concevoir et à faire marcher".

Soufan tire donc une conclusion pessimiste. "La question de l'identité, le manque de confiance dans les institutions gouvernementales et dans la politique traditionnelle que l'EI a su exploiter ne sont pas prêts de disparaître", affirme-t-il. "Ni, par conséquent, le phénomène des combattants, qu'ils rejoignent les restes de l'EI ou qu'ils s'engagent dans d'autre groupes à son image qui vont émerger".

7sur7.be

Nouveau commentaire :



Publicité

Enquêtes et révélations

Guinée Bissau : La CNE procède à une nouvelle vérification des résultats du second tour ce mardi

25/02/2020

LOUGA : UN GANG DE CAMBRIOLEURS DÉMANTELÉ PAR LA POLICE

25/02/2020

DAKAR SOUS UN NUAGE DE POUSSIÈRE

25/02/2020

Délégation générale du Québec à Dakar : Le personnel local interdit de parler wolof.

25/02/2020

Dans la tête d’un assassin : «Depuis que j’ai tué quelqu’un, j’ai du mal à …»

25/02/2020

Italie: 34 000 Sénégalais mis en quarantaine dans 10 communes

25/02/2020

Hosni Moubarak, qui a régné en maître sur l'Égypte pendant 30 ans, est mort

25/02/2020

SAR : Khadim Bâ, démissionne du Conseil d’administration

25/02/2020

Tribunal de Thiès : Les travailleurs ont observé ce lundi, un arrêt de travail

25/02/2020

Inauguration Parc éolien de Taïba Ndiaye / Président Macky Sall : « Le Sénégal émergent, c'est le Sénégal qui carbure, poussé dans son élan par un mix énergétique… »

25/02/2020