Dakarposte.com - Le site des scoops

Les travailleurs de la Justice en grève, les autorités judiciaires recourent au service de la gendarmerie pour les Chambres Criminelles

SOCIETE

D'aucuns, particulièrement les parents, accusés des Chambres Criminelles se faisaient un sang d'encre suite à l'annonce de la grève des travailleurs de la Justice. En fait, ils redoutaient que la présente session soit tout simplement annulée. Pour faire à face, les autorités judiciaires ont trouvé une pirouette. La maréchaussée tient le rôle de la greffe. En clair, ce sont des gendarmes qui font office de greffier lors des audiences des Chambres Criminelles.                                          

Pour rappel, le Syndicat des travailleurs de la justice (Sytjust) a décrété, à compter de ce mercredi, un arrêt de travail de 72 heures, a déclaré son secrétaire général, El Hadj Ayé Boun Malick Diop. En conférence de presse ce 2 novembre, il exprime sa colère et exige de l’Etat le respect de tous les accords signés avec le Syndicat des travailleurs de la justice.
«Après 3 mois de vacances, les travailleurs de la justice ont décrété une cessation collective de travail pour 72 heures en date de ce jour. On va faire comme les enseignants ‘oubi-tey, grève tey’, a-t-il dit.
Ils dénoncent les blocages des négociations qu’ils imputent à l’Etat du Sénégal. «La difficulté que les travailleurs éprouvent le plus, c’est au niveau du comité  technique qui devait étudier le statut des travailleurs de la justice et qui siège au niveau de la fonction publique. Le comité technique avait comme mission de voir le texte que le ministère de la justice a proposé comme un projet de réforme du statut de fonctionnaires de la justice. Mais les experts créent des problèmes et des blocages au point que les choses n’évoluent pas. Le comité devait donner ses conclusions depuis le 29 août et jusqu’à présent, rien n’est fait. Ils sont animés d’une intention manifeste de bloquer les négociations. Il y a des lenteurs dans les négociations», a ajouté Me Diop.
Toujours dans le cadre des revendications à l’origine de leur mouvement de gréve de ce mercredi, le Sytjust avertit qu’il va passer à la vitesse supérieure, si rien n’est fait par le gouvernement, après ce énième avertissement. «Avec ce gouvernement, il est impossible de discuter dans la sérénité. La seule voie qui nous est offerte aujourd’hui, c’est la voie de la confrontation et c’est regrettable», dénonce-t-il. 
Le secrétaire général du Sytjust a invité le gouvernement à «provoquer une autre rencontre comme celle qui a eu lieu le 8 août dernier, afin qu’on puisse évaluer tout ce qui a été fait», a conclu Malick Diop.

Nouveau commentaire :




Enquêtes et révélations

Contrat d'affermage de l'eau: l'Armp révèle les gros manquement de la Sde et de la Sones

05/12/2019

Arreté Devant Le Palais : Ce Vice De Procédure Qui Peut Sauver Guy Marius SAGNA

05/12/2019

Ousmane SONKO : « Pour Un Ouvrage De 354 Milliards, Eiffage Investit 65 Milliards Et Exploite Pour 30 Ans »

05/12/2019

Enseignement Supérieur : Les Professeurs En Grève Générale

05/12/2019

« L’héritage de Sidy Lamine Niass est jalousement préservé »

05/12/2019

Grève des agents de la SDE – Le Gouvernement « constate avec regret qu’ils campent sur leur position »

05/12/2019

Sonko – « J’apporte mon soutien à Domingos Simoes Pereira, candidat du PAIGC »

05/12/2019

Abdoulaye Wade : « Senghor m’avait proposé le poste de vice président»

05/12/2019

Mauritanie : Au moins 58 morts après le chavirement d’un bateau gambien

05/12/2019

L'État accuse la Sde de prendre en otage les Sénégalais

05/12/2019