Dakarposte.com - Le site des scoops
Dakarposte.com
 

Scrutin présidentiel du 24 : la très grande désillusion (Par Pr Aly Khoudia Diaw)

Rédigé par Dakarposte le Dimanche 31 Mars 2024 à 01:14

Scrutin présidentiel du 24 : la très grande désillusion (Par Pr Aly Khoudia Diaw)
Les élections présidentielles sont derrière nous, grâce à Dieu et par la force des choses, nous y sommes arrivés. Comme toujours nous avons montrés notre capacité à nous surpasser et à passer à l’essentiel. Mais Il va falloir sérieusement que l’on s’intéresse dorénavant sur les motivations qui prédestinent au choix des sénégalais. Sommes-nous faux ou au contraire sommes-nous devenus plus justes et plus réaliste ? Ou sont passées les immenses foules qui jalonnaient les candidats, ou sont passés les militants qui juraient sur le cœur, l’adhésion à tel ou tel candidats ? C’est vraiment inquiétant le score de certains candidats, et pour cause. Est-ce aussi tout simplement pour ces candidats, une question d’identité remarquable ? Juste rappeler que le nombre de suffrage valablement exprimé est estimé à 4.485.165 avec un taux de participation de 61,30%. Juste aussi rappeler que bien sûr il y’a le parrainage qui n’est pas sincère, bien sûr il y’a parfois des jeux de yoyos des candidats, etc. Mais honnêtement certains scores ne s’expliquent pas. Quelque chose ne tourne pas rond dans ce pays. Par exemple :

Idrissa Seck : 0,90 %, soit 40286 voix
Chouchouté par toute la galaxie libérale au début de l’alternance, celui dont Wade lui-même disait qu’il était capable de lire dans ses rêves aura cristallisé toutes les attentions autour de sa personne. Comme il le disait, il est né pour devenir président, et plus tard c’est « Idy four président », et plus tard « Idy 5éme président », l’homme de Princeton et de l’hôtel Saint James est passé de 20% en 2019 à 1% en 2024. Mais dis comme ça, il se pourrait que la réalité des faits n’apparaisse pas clairement. En réalité, dans les 4.000.000 d’électeurs, le professionnel de la rhétorique qui n’accroche plus personne, n’a pu obtenir que 40286 voix. Non quelque chose ne tourne rond. Ou est son parti, ou sont ses hommes ? personne ne pourra me faire croire que malgré tout son appareil, 100 lieutenants n’ont pu, ne serait-ce, lui apporter, par exemple 100.000 voix. Pour moi, dans son propre parti on a voté contre lui. Ses propres responsables politiques ont voté contre lui. Chercher l’erreur. Cette dégringolade est une humiliation et ne peut pas être expliquée par le simple fait du « mbourok sow » et de la tortuosité. Quel gâchis pour ce monsieur qui a toujours pensé qu’il était plus intelligent que tout le monde, en allant même rendre visite à Ousmane sonko à des heures de « kheud », alors que personne ne l’a invité. Jouer les entremetteurs ne réussit jamais à un politicien.

Khalifa Sall :1,57%, soit 69760 voix
Mais où est passé Barthélemy Diaz, maire de Dakar ? Et quel a été son apport dans le score de Khalifa Sall ? Khalifa Sall, avec tout ce qu’il représente ou a représenté, n’a même pas pu obtenir 100.000 voix. Décidemment sénégalais, soit nous, nous sommes faux en montrant des visages que nous n’avons pas, soit au contraire on commence à devenir juste et réaliste. 69760 voix, c’est juste un quartier de Dakar. Mais Khalifa Sall s’est même fait battre à grand Yoff et partout dans les autres communes d’arrondissement ici à Dakar, avec Barth comme grand maire, non c’est impensable. Finalement Barth ne lui a été d’aucun apport, lui-même ayant été battu dans son propre bureau de vote. Ici encore chercher l’erreur, sur 4.000.000 d’électeurs au Sénégal, Khalifa n’a même pas obtenu 70.000 voix. Tout comme Idy, Barth a aussi voulu joué les entremetteurs en rencontrant le président de la république et en appelant Khalifa et Ousmane sonko pour officier. Tout comme Idy, ça ne lui a pas réussi lui aussi. Bref Taxawu Dakar n’est pas Taxawu Sénégal. D’où la nécessaire récupération de l’appareil politique et idéologique du PS le plus rapidement possible. Pour la Der de Khalifa Sall, ça n’a pas été une réussite. Le grand frère Khalifa Sall avait, au sein yéwi askan Wi, quelque chose que personne n’avait : la caution et la confiance de Ousmane sonko, comme personne morale du groupe. Mais au-delà de la charte de yéwi, personne ne peut reprocher à Khalifa de jouer sa « Der ». Mais l’effet Ousmane est passé par là.

Malik Gackou : 0,14%, soit 6343 voix
Pour Malik Gackou, les résultats du scrutin sonnent comme une très grande humiliation. Sur plus de 4 millions d’électeurs, Gackou n’a obtenu à peine que 6000 voix. Même Guédiawaye n’a pas voté pour lui. Même Ahmed Aidara, malgré une bonne campagne et une bonne communication sur toutes ses plateformes n’a rien pu faire. Gackou est resté trop longtemps hors du champ institutionnel et médiatique du Sénégal, il est resté trop longtemps hors du gouvernement. Mais quand même Guédiawaye, votre fils c’est gackou, votre bienfaiteur, c’est encore lui. Où est passé son appareil politique à Guédiawaye, ou sont ses militants et sympathisants ? Malik Gackou c’est comme Khalifa Sall, hors de Dakar, il est insignifiant car en région il faut une solide assise politique et un appareil d’animation qui puisse mobiliser et convaincre.

Déthié Fall :0,35%, soit 15835 voix
Là aussi ça été la grande déception. Sur l’ensemble du territoire national, Déthié n’a même pas obtenu 25.000 voix. Et ses scores à l’intérieur du Sénégal sont quasi inexistants. Tout comme Idy, Khalifa, c’est à se demander où est sa base. Parce que finalement Dakar n’est plus la base de personne. Ou sont les militants de Déthié Fall, ou est son appareil politique, ses sections, sous-sections, coordinations, etc. partout où il est passé, à des exceptions moindres, Déthié a fait comme les autres, c’est-à-dire carton plein, mais à l’arrivée, les foules ce n’était que du leurre. Est-ce dans la nature des sénégalais de montrer un visage qu’ils n’ont pas ou est-ce simplement l’effet sonko et la rationalité du vote.


En définitive, et comme je le rappelle toujours, ces candidats méritent notre respect à cause de leur engagement et de leur volonté de changer les choses et d’opérer des ruptures. Volonté de mettre fin à ce système libéralo -socialiste qui a fait son temps et prouver ses limites. Pour les uns c’est leur première expérience et il faut les encourager et pour les autres c’est juste des satellites de l’APR que les sénégalais viennent de sanctionner. Un très grand respect quand même au très cérébral Thierno Alassane Sall, Déthié Fall et Boubacar Camara, à l’intellectuel de haut niveau, candidat du PUR et fils de Mamadou Dia ancien président du conseil Aliou Mamadou Dia, au « darrayiste » Serigne Mboup, au « guinariste » et très engagée Anta Babacar Ngom, au chroniqueur et sociologue pape Djibril Fall, sur qui compte le Sénégal pour les échéances à venir.

Aly Khoudia Diaw, Sociologue



Inscription à la newsletter






Vidéos & images