Dakarposte.com - Le site des scoops


Dakarposte.com



Touba a célébré la Korité sous haute surveillance policière

Rédigé par Dakarposte le Lundi 20 Juillet 2015 à 14:15

La capitale du mouridisme a célébré la fête de l’Aïd-el-fitr, communément appelée Korité, marquant la fin du jeûne musulman, le samedi. Mais la nouveauté et la particularité de la korité 2015, c’est qu’elle a été célébrée sous très haute surveillance policière. Pourquoi de ce dispositif très particulier ? Les avis sont partagés.


La prière de la Korité 2015 a été effectuée le samedi dans des conditions très particulièrement inhabituelle. Elle a été célébrée sous très haute surveillance policière. La présence des forces de police, toute section confondue (le GMI, la BIP et la BR), intriguait tout le monde. Tout le monde cogitait sur la raison de la présence massive et ostentatoire d’un tel dispositif, sur les lieux de la prière. Officiellement « c’est dans l’ordre normal et le respect strict de l’orthodoxie des mesures de sécurité en pareilles circonstances ». C’est du moins la raison servie par le commissaire Yaya Tamba du commissariat spécial de Touba, lorsqu’il a été interpellé sur la question. Mais apparemment cette version n’a pas empêché les supputations d’aller bon train. Nombreux sont ceux qui s’épanchaient sur les explications les plus fantaisistes, les plus absurdes et les plus injustifiées.

Les uns ont estimé, en effet, que la présence massive des forces de l’ordre est due par le risque d’attaque djihadiste, comme cela est, selon eux, à la mode présentement.

D’autres, et ils sont nombreux, soutiennent, par contre, que c’est dû aux velléités des transporteurs urbains dont certains de leurs véhicules jugés irréguliers, sont interdits de circulation, qui avaient menacé de manifester devant le khalife le jour de la korité au moment où ce dernier venait pour la prière. Alors pour parer à toute éventualité, les autorités ont dû prendre toute ces dispositions sécuritaires.

 

En tout cas au regard des péripéties des dernières semaines, nées à la suite de l’arrêté du sous-préfet de Ndam, interdisant de circulation, les véhicules irréguliers, appelés « Goana et Mousse », c’est la thèse la plus plausibles. 

Notez









Inscription à la newsletter











Vidéos & images