Trump est intervenu pour éviter un procès au "shérif le plus dur d'Amérique"

International

"Joe" Arpaio, controversé pour ses pratiques discriminatoires dans une lutte acharnée contre l'immigration illégale, était un soutien indéfectible de Donald Trump durant sa campagne présidentielle. Le désormais octogénaire était devenu un ami du milliardaire. Cela valait bien une grâce présidentielle. © photo news.

Donald Trump, qui a récemment accordé la grâce présidentielle à l'ex-shérif Joseph Arpaio, du comté de Maricopa, en Arizona, avait précédemment demandé à son ministre de la Justice Jeff Sessions s'il était possible au gouvernement d'abandonner le dossier fédéral visant l'auto-proclamé "shérif le plus dur d'Amérique". Le président souhaitait donc que les autorités fédérales agissent en faveur du shérif, de manière à lui éviter un procès pour avoir ignoré l'ordre d'un juge de mettre fin, dans son comté, aux pratiques de profilage racial lors des contrôles de police et aux détentions de citoyens sur simple suspicion de séjour illégal.

La discussion entre Trump et Sessions, au printemps, est révélée samedi par le Washington Post, sur base du témoignage de trois personnes. Jeff Sessions a toutefois déconseillé au président toute action en ce sens, indique le journal. La porte-parole de la Maison Blanche, interrogée au sujet de la discussion, s'est bornée à indiquer qu'il est "tout à fait normal" que le président discute des sujets de justice avec les hommes de loi de l'administration. 

Soutien et ami
"Joe" Arpaio, controversé pour ses pratiques discriminatoires dans une lutte acharnée contre l'immigration illégale, était un soutien indéfectible de Donald Trump durant sa campagne présidentielle. Le désormais octogénaire était devenu un ami du milliardaire. 

Jeff Sessions ayant estimé qu'il serait inapproprié de faire abandonner les charges retenues contre Arpaio, qui s'était même publiquement vanté de désobéir au juge fédéral, Trump a simplement décidé d'attendre. Le président a laissé le procès avoir lieu, mais avait déjà décidé qu'il accorderait à l'ex-shérif le "pardon" présidentiel, selon un responsable au sein de la Maison Blanche consulté par le Washington Post. 

Critique de Paul Ryan
Arpaio a été reconnu coupable fin juillet d'outrage au tribunal. Sa peine, qui pouvait comporter jusqu'à 6 mois de prison, devait être déterminée en octobre, mais Donald Trump a court-circuité le procédé habituel menant à la grâce présidentielle, de manière à ce que le shérif ne doive pas passer une seule nuit en prison, rapporte le Washington Post. 

L'octroi du pardon présidentiel à l'ancien shérif est loin de faire l'unanimité, même dans les rangs républicains. Le président républicain de la Chambre, Paul Ryan, a ainsi rejoint les rangs de ceux qui critiquent cette décision. Il "n'est pas d'accord" avec cette grâce présidentielle, a déclaré aux médias son porte-parole Doug Andres.


Nouveau commentaire :



Publicité

Enquêtes et révélations

UN CLUB CHINOIS PRÊT À "D’IMPORTANTS EFFORTS FINANCIERS’’ POUR MBAYE NIANG

27/06/2019

CHAMBOULEMENT SUSPECT À LA DOUANE / Le DG et son Directeur des Opérations Douanières soupçonnés d'avoir cherché à ' effacer ' les supposés proches d'Amadou Bâ et à placer leurs hommes aux postes stratégiques.

27/06/2019

​Macky se pose à Istanbul avant de rallier Osaka

27/06/2019

Marche : La Coalition des travailleurs va descendre dans la rue vendredi prochain

26/06/2019

Marième Badiane : " Le Pr Macky Sall remettait à leur place tous ceux qui tentaient de me faire ombrage"

26/06/2019

​Macky à Abuja les 26 et 27 juillet

26/06/2019

Climat délétère dans une stratégique direction du ministère des finances

26/06/2019

Convocation à la Dic : Mamadou Thiam fait la leçon à Ousmane Sonko et ...

26/06/2019

UNE ANCIENNE MISS ACCUSE JAMMEH DE VIOL : « JE SUIS LITTÉRALEMENT SORTIE EN TITUBANT »

26/06/2019

Mauritanie: une centaine d’étrangers dont des Sénégalais arrêtés, Internet coupé

26/06/2019