Trump ouvre une semaine de débats à l'ONU par une initiative controversée

International

Trump ouvre une semaine de débats à l'ONU par une initiative controversée

Le président américain Donald Trump ouvre lundi à New York une semaine d'allocutions, de débats et de rencontres bilatérales entre les 193 membres des Nations unies, par une initiative controversée sur la réforme de l'Organisation.

Le ballet diplomatique débutera en effet lundi à 16h00 (belges) par une cérémonie présidée par Donald Trump, au cours de laquelle environ 130 pays endosseront une déclaration politique non contraignante en dix points poussant l'ONU à se réformer. Trois interventions sont prévues, du président américain, de son ambassadrice à l'ONU Nikki Haley et du secrétaire général des Nations Unies, le Portugais Antonio Guterres. Ce dernier "n'a pas eu le choix, il était obligé d'y aller", commente un diplomate sous couvert d'anonymat.

En août, les Etats-Unis avaient approché une quinzaine de capitales, dont Berlin et Londres, mais ni Paris ni Rome, avec un premier projet de texte insistant sur la responsabilité du secrétaire général dans les réformes. L'objectif précisé dans la déclaration, dont l'AFP a obtenu une version révisée et adoucie à l'endroit du patron de l'ONU, est de rendre "plus efficace et performante" une organisation souvent taxée de lourdeurs administratives coûteuses.

Trump veut voir ses coûts fortement réduits. Washington est en effet le premier contributeur financier à l'ONU, assurant 28,5% des 7,3 milliards de dollars du budget opérations de paix, et 22% des 5,4 milliards de ses crédits de fonctionnement.

Cette approche principalement budgétaire heurte nombre des membres des Nations unies. Et l'initiative américaine est venue s'entre-mêler avec des réformes structurelles engagées par Antonio Guterres. Prêt à faire des économies, ce dernier a mis en garde contre le risque de "saper l'efficacité" des missions de paix.

Selon certains diplomates, une réduction de moitié par exemple du budget du Haut commissariat aux réfugiés (HCR), qui dépend à 40% de la contribution américaine, le rendrait inopérant.

La déclaration américaine n'entre pas dans les chiffres, se bornant à lister de grands principes. Et c'est ce que retiennent ses signataires.

Parmi les économies, Antonio Guterres espère réduire par exemple de 15% en 2017-2018 les dépenses liées au parc aérien de l'ONU par une gestion plus rationnelle des aéronefs et de leur soutien logistique. 

Selon son entourage, il souhaite aussi avoir un budget de fonctionnement annuel et non plus sur deux ans comme actuellement, s'alignant ainsi sur la durée retenue par les Etats membres au niveau national. Et n'avoir qu'un seul document pour ce budget, qui se décline aujourd'hui en plusieurs textes, le rendant "illisible".

"Mon intention est de faire tout ce que je peux pour préserver l'intégrité des opérations de paix, mais de faire aussi tout ce qui est possible pour les rendre le plus efficace possible au moindre coût", a récemment résumé Antonio Guterres.


Nouveau commentaire :



Publicité

Enquêtes et révélations

Ce que l'on sait de l'audience entre le Président Macky Sall et le Directeur Général de la FAO José Graziano Da Silva

25/04/2019

L'opposition Sénégalaise sort enfin du bois et ...parle!

25/04/2019

Nécrologie : Le muezzin de la Grande Mosquée de Touba n’est plus

25/04/2019

Procès double Meurtre Medinatoul Salam : Les deux épouses de Cheikh Bethio appelées à la barre

25/04/2019

Révélations sur cette liste de DG et de PCA sur siège... éjectable !

25/04/2019

Ministère Des Finances : Les Hommes D’Amadou BA Passent À La Trappe

25/04/2019

Pikine-Gazelle : L'effondrement d'un immeuble fait un mort

25/04/2019

Saint-Louis / Cambriolage au bureau de Dakaractu : La police scientifique sur les traces des malfaiteurs.

25/04/2019

Plusieurs DG et PCA sur le départ après la première vague d’hier : Une tempête s’annonce

25/04/2019

Ecarté du nouveau gouvernement : Ce poulain de Farba Ngom atterrit dans une agence

25/04/2019