Burkini: des maires maintiennent l'interdiction

Plusieurs maires du sud-est de la France, dont ceux de Nice et Fréjus, ont annoncé vendredi soir maintenir leurs arrêtés anti-burkini, malgré une décision de justice suspendant une décision similaire dans une commune voisine. Cette décision de justice permet de contester les autres arrêtés mais ne les annule toutefois pas pour autant.

International

Burkini: des maires maintiennent l'interdiction
La mairie de Nice "va continuer à verbaliser" les femmes portant cette tenue de bain couvrante, tant que son arrêté n'est pas invalidé, a-t-elle déclaré. Le maire d'extrême droite de Fréjus, mais également l'édile socialiste de Sisco, sur l'île de Corse, ont affiché la même détermination.

Une trentaine de municipalités françaises, ont récemment décidé d'interdire l'accès aux plages publiques "à toute personne n'ayant pas une tenue correcte, respectueuse des bonnes moeurs et de la laïcité et respectant les règles d'hygiène et de sécurité des baignades". Une formulation qui vise en fait les burkini, ces tenues de bain couvrantes des cheveux aux chevilles, ou le fait de se baigner voilée et habillée comme le font certaines femmes musulmanes.

Ces interdictions, qui ont conduit des policiers à verbaliser plusieurs femmes voilées ces derniers jours sur les plages du littoral méditerranéen, ont suscité un intense débat sur la place de l'islam en France et une grande indignation à l'étranger.

Saisi sur une interdiction similaire décrétée dans la station balnéaire de Villeneuve-Loubet, le Conseil d'Etat, plus haute juridiction administrative française, a tranché vendredi en décrétant que cette mesure constituait une "atteinte grave aux libertés", en l'absence de "risques avérés" pour l'ordre public.

Cette décision de justice permet de contester les autres arrêtés mais ne les annule toutefois pas pour autant.

Le maire d'extrême droite de Fréjus, David Rachline, a donc jugé sa décision "toujours valable". "Aucune procédure n'est en cours contre notre arrêté", a-t-il affirmé.

Quant au maire socialiste de Sisco, Ange-Pierre Vivoni, il maintient aussi son arrêté "anti-burkini", pris au lendemain d'une violente rixe entre des Marocains et des villageois dans sa commune mi-août.

"Je ne me sens pas concerné par la décision du Conseil d'Etat", a déclaré le maire: "Mon arrêté n'était pas de la prévention, je l'ai pris pour la sécurité des biens et personnes de ma commune, je risquais d'avoir des morts ! ".
7SUR7

Nouveau commentaire :



Publicité


Enquêtes et révélations

Communiqué du Conseil des ministres du 24 avril 2019

24/04/2019

Voici les mesures individuelles du Conseil des ministres du 24 avril 2019

24/04/2019

EXCLUSIVITÉ DAKARPOSTE ! Mame Boye Diao remplace Mamour Diallo à la Direction des DOMAINES

24/04/2019

Le fils de Sékou Touré condamné à 7 ans de prison pour esclavagisme aux Etats-Unis

24/04/2019

L’IMMEUBLE SCRUPULDOS EN RUINES : PLUS DE 100 MILLIONS EN MARCHANDISES BRÛLÉS

24/04/2019

Nomination: Pape Demba Bitèye nommé DG de la Senelec

24/04/2019

FONSIS : Pape Demba Diallo prend les commandes

24/04/2019

Espagne : Un Sénégalais poignardé à mort

24/04/2019

Drame aux Parcelles Assainies : Un vigile poignardé à mort

24/04/2019

Ahmed Aidara : " Étre Maire de Guédiawaye.... C'est pas moi qui en décide "

24/04/2019