L'assaillant de Bruxelles avait sur lui une arme factice et deux Coran

International

L'assaillant de Bruxelles avait sur lui une arme factice et deux Coran

Haashi A., l'homme qui a agressé au couteau des militaires patrouillant dans le centre de Bruxelles vendredi soir, était en possession d'une arme à feu factice et de deux corans, a indiqué samedi matin le parquet fédéral. Une perquisition a été effectuée à Bruges, au domicile de l'assaillant, dans le courant de la nuit. Une autopsie du corps va avoir lieu dans les prochaines heures.

 
 
 

Vendredi à 20h22, l'homme de 30 ans s'est précipité dans le dos de trois militaires en service, sur le boulevard Emile Jacqmain, et les a frappés avec un couteau. Un des militaires a ouvert le feu alors que l'assaillant a crié "Allahou akbar".

"L'homme a été touché à deux reprises et est décédé peu après, à l'hôpital, des suites de ses blessures. L'homme était aussi en possession d'une arme à feu factice et de deux corans. Deux militaires sont légèrement blessés", précise le parquet fédéral dans un communiqué.

Haashi A. est de nationalité belge, d'origine somalienne. Il est arrivé en Belgique en 2004 et a obtenu la nationalité belge en 2015. Il n'était pas connu pour des faits de terrorisme, mais bien pour un fait de coups et blessures en février 2017 ainsi que pour vandalisme, note encore le parquet.

Sa demande d'asile a été régularisée en 2009 en raison d'une procédure qui excédait déjà les quatre ans, a stipulé le ministre à l'Asile et la Migration Theo Francken sur son compte Twitter. En 2015, il a été naturalisé Belge grâce à l'ancienne loi qui permettait l'acquisition rapide de la nationalité. Celle-ci a été abolie fin 2012 mais la demande de naturalisation avait été introduite début 2012, note encore le ministre. Les raisons invoquées pour cette demande d'asile n'ont pas été précisées.

Le parquet fédéral a saisi un juge d'instruction de Bruxelles spécialisé en matière de terrorisme et l'a chargé d'instruire des faits de tentative d'assassinat terroriste.

Légitime défense
Selon Jan Jambon, les militaires ont agi en état de légitime défense. "Les militaires ont fait ce qu'ils avaient à faire. C'est la tâche des soldats et de la police de protéger les citoyens et les institutions. Ils ont parfaitement agi." 

L'assaillant a crié "Allahu Akbar"
Le parquet de Bruxelles, qui enquête sur l'"incident de tir" des militaires, parle également de légitime défense. Le parquet avait déjà estimé vendredi soir que le militaire "a tiré conformément aux règles d'engagement et dans un contexte de légitime défense". L'enquête pour l'agression au couteau est toutefois passée aux mains du parquet fédéral. "L'hypothèse est qu'il s'agit d'une attaque terroriste", a souligné M. Jambon, notamment car l'assaillant a crié "Allahu Akbar". Le ministre n'a pas pu préciser combien de temps les militaires allaient encore patrouiller en rue, mais a souligné être reconnaissant du travail effectué par ceux-ci tant que le niveau de la menace reste à 3 sur le territoire.

 
© belga & Twitter.
© afp.
 
 

Nouveau commentaire :



Publicité

Enquêtes et révélations

Vols scooters en Italie : un gang de sénégalais démantelé à Genova

24/01/2020

Aliou Sané (Coordinateur de Nõõ Lank) : "Si toutefois le président Macky Sall tente de se présenter à un troisième mandat, on ira le déloger du palais"

24/01/2020

Escroquerie portant sur 1,5 milliard : De gros bonnets de la République cités

24/01/2020

Les transporteurs sénégalais et maliens en grève

24/01/2020

ÉCHANGES DE TIRS AVEC LES GENDARMES : 3 BANDITS ARRÊTÉS À LA FRONTIÈRE MALIENNE

24/01/2020

Exclu de l'Apr : Moustapha Diakhaté en route vers…

24/01/2020

Après sa longue absence du Sénégal : Sindiély Wade is back !

24/01/2020

Macky convoque une réunion de crise aujourd'hui

24/01/2020

[VIDEO] - UN CAS D’AVORTEMENT CLANDESTIN AU CAMPUS DE L’UCAD

23/01/2020

Cour des comptes : Les anciens DG de l’Artp Daniel Goumalo Seck et Ndongo Diao condamnés à payer une amende de 52 millions francs CFA.

23/01/2020