Dakarposte.com - Le site des scoops

Franc-maçonnerie au Sénégal : Mehdi Ba, auteur de l'enquête de JA, raconte

Samedi 1 Septembre 2018
ENQUÊTES & REVELATIONS

Dans son dernier numéro, Jeune Afrique s'est penché sur la franc-maçonnerie au Sénégal. Pour Seneweb, Mehdi Ba, auteur de l'article et par ailleurs rédacteur en chef de Jeuneafrique.com, a ouvert les coulisses de son enquête. Précision de celui qui fut correspondant à Dakar de l'hebdomadaire panafricain de 2013 à 2017 : "Il n'a jamais été question pour nous de nous livrer à un "outing" des politiques sénégalais francs-maçons."

Seneweb : Pourquoi une enquête sur la franc-maçonnerie au Sénégal ?
Mehdi Ba : Sur le site web de Jeune Afrique, nous nous sommes intéressés, dès janvier 2018, aux pressions exercées- avec succès- par des organisations religieuses sénégalaises pour faire interdire les Rehfram, une rencontre annuelle entre francs-maçons africains qui devait se tenir à Dakar, au King Fahd. En creusant, nous nous sommes aperçu qu'une forme d'hystérie anti-maçonnique avait même conduit certains mouvements de la société civile à soupçonner la venue à Dakar de la chanteuse Rihanna, au moment de la visite officielle du président français Emmanuel Macron, début février, de découler d'un complot des loges.

L'interprétation peut faire sourire mais elle était le révélateur d'un malaise, et éventuellement de fantasmes liés à la franc-maçonnerie. Cela, d'ailleurs, n'est pas l'apanage du Sénégal, comme le rappellent dans l'article des francs-maçons que j'ai interrogés. Restait à comprendre sur quel terreau ce malaise a prospéré. Pourquoi craindre qu'une organisation qui, au Sénégal, pèse en réalité si peu puisse s'avérer plus influente que des confréries musulmanes dont chacun sait à quel point elles sont incontournables et puissantes ?

À défaut d'apporter une réponse à cette question, cet article s'efforce d'amener les lecteurs intéressés par le sujet à y réfléchir.

Avez-vous rencontré des difficultés pour réaliser cette enquête dans un pays à plus de 90% musulman, où le sujet est très controversé ?
Du côté des détracteurs de la franc-maçonnerie, aucune difficulté. Je connais depuis un certain temps Mame Mactar Guèye, de l'ONG islamique Jamra, qui m'a toujours fait bon accueil lorsque je travaillais sur des sujets à propos desquels son organisation était mobilisée.

Du côté des "frères" ou "sœurs" sénégalais, les contacts ont été relativement faciles mais du fait du contexte, l'anonymat des personnes qui ont bien voulu me parler ou me rencontrer était de rigueur. N'oublions pas que, comme le relate l'article, toute réunion d'une obédience maçonnique a été interdite par décret, dans le département de Dakar, pendant plusieurs semaines. Actuellement, aucun franc-maçon résidant au Sénégal ne peut raisonnablement parler à visage découvert. En tant que journaliste, je ne peux que le déplorer puisque cette atmosphère rend tout débat sur la question impossible.

"J'ai cherché à rencontrer ou contacter des officiels sénégalais initiés. Un ancien ministre avait donné son accord pour me parler, via un intermédiaire. Mais il a décommandé in extremis."

Dans votre papier vous écrivez que les francs-maçons sénégalais se retrouvent aujourd'hui parmi les hommes d'affaires, les membres de cabinets ministériels et d'anciens ministres. Leur nombre est-il important ?
L'article avance une estimation chiffrée qui est plutôt dérisoire. Même en comptant large, il semble qu'il n'y ait pas plus de 400 à 500 francs-maçons actifs au Sénégal, toutes obédiences confondues. Encore faut-il savoir qu'une bonne partie d'entre eux sont des Européens ou des Africains résidant au Sénégal, voire des Sénégalais d'ascendance étrangère.

Comment se déroulent leurs réunions ?
La franc-maçonnerie a toujours fait fantasmer, au point qu'on lui prête une influence parfois démesurée. Je n'ai pas pu écrire dans cet article tout ce qu'on m'a confié, mais aux dires des intéressés les "tenues" ne sont pas des conciliabules top-secret destinés à ébranler les fondations de la société sénégalaise : plutôt des réunions durant lesquelles un orateur s'efforce d'amener ses "frères" et "sœurs" à réfléchir à divers enjeux philosophiques, politiques ou sociétaux, à travers un banal exposé.

Avez-vous rencontré des responsables politiques sénégalais initiés pour les besoins de votre article ?
J'ai cherché à rencontrer ou contacter des officiels sénégalais initiés. Un ancien ministre avait donné son accord pour me parler, via un intermédiaire. Mais il a décommandé in extremis. La tension actuelle autour de la franc-maçonnerie au Sénégal ne contribue pas à délier les langues…

"Une source maçonnique m'a indiqué que le nom de Macky Sal était régulièrement cité, sans toutefois disposer d'aucune certitude sur la réalité de sa fréquentation des loges."

Vous écrivez qu'un "frère" avait l'habitude de croiser Wade dans une loge, mais que l'ancien président sénégalais a pris ses distances avec la confrérie après son élection en 2000. Savez-vous s'il a définitivement rompu avec la franc-maçonnerie ?
J'ai donné cet exemple car mon interlocuteur assure avoir croisé plusieurs fois Abdoulaye Wade en loge, du temps où il était opposant. Son interprétation était qu'à ce stade de sa carrière politique, il avait pu fréquenter les francs-maçons, mais qu'une fois élu président il avait pris ses distances. C'est d'ailleurs un tendance que d'autres sources m'ont décrite : lorsqu'un responsable politique accède à de hautes responsabilités, il préfère généralement ne plus s'afficher dans un environnement maçonnique, ce qui, au Sénégal, pourrait lui coûter cher en termes d'image.

Les présidents Abdou Diouf et Macky Sall sont souvent cités parmi les francs-maçons. Vrai ou faux ?
Je n'ai recueilli aucune information sur Abdou Diouf. Quant à Macky Sall, une source maçonnique m'a indiqué que son nom était régulièrement cité, sans toutefois disposer d'aucune certitude sur la réalité de sa fréquentation des loges. Il n'a jamais été question pour nous, dans le cadre de cette enquête, de nous livrer à un "outing" des politiques sénégalais francs-maçons. Si certains d'entre eux sont initiés, ce choix leur appartient. À eux de s'en expliquer s'ils le souhaitent, ou de le garder secret.
 

Auteur: Seneweb news -- PHOTO - Copyright : Youri Lenquete - Seneweb.com



1.Posté par Idrahima Dabo le 30/09/2019 14:03
Comment devenir fran maçon

Nouveau commentaire :

ACTUALITÉ | Le Billet du Jour | LES GENS... LES GENS... LES GENS... | Religion & Ramadan 2020 | Boy Town | Géo Consulting Services | REACTIONS | ÉCHOS DE LA PRÉSIDENTIELLE | Les Premières Tendances | International | PEOPLE & BUZZ | PHOTO | ENQUÊTES & REVELATIONS | CONTRIBUTIONS | COMMUNIQUE | VIDÉOS | Revue de presse | INTERVIEW | NÉCROLOGIE | Analyse | Insolite | Bien être | QUI SOMMES NOUS ? | PUB | Lu Ailleurs | PRÉSIDENTIELLE 2019 | Le billet de "Konetou"