Dakarposte.com - le site des scoops et des exclusivités

Gambie – Les Junglers révèlent comment ils ont tué 09 détenus à…

Vendredi 26 Janvier 2018
ACTUALITÉ


Fin août 2012, neuf (09) détenus du couloir de la mort ont été exécutés. Dimanche 26 août, le ministère de l’Intérieur a publié une déclaration officielle confirmant la mort de Dawda Bojang, Malang Sonko, l’ancien lieutenant Lamin Jarjou, l’ex-lieutenant Alieu Bah, l’ancien sergent Lamin F Jammeh, Buba Yarboe, Lamin BS Darboe, Gebe Ba et Tabara Samb.
La déclaration du gouvernement est la suivante: « Suite aux condamnations et condamnations à mort prononcées par les tribunaux gambiens compétents et suite à l’épuisement de leurs recours, le ministère de l’Intérieur souhaite informer le grand public que les condamnés ont été exécutés par un peloton d’exécution. Dimanche 26 août 2012. « 
Les exécutions ont été jeté l’émoi dans les populations et ont entraîné la fermeture du journal The Standard pendant 18 mois et de la radio Taranga FM.
Bien que le gouvernement ait reconnu les tueries, les corps n’ont jamais été restitués à leurs familles et les récits ont émergé des récits de témoins oculaires contestant la manière dont les exécutions ont été rapportées par le gouvernement.
Dans cette série d’enquêtes, The Standard a découvert la vérité révélée par les mêmes personnes qui ont participé aux tueries.
« Les détenus ont été étouffés et étranglés à mort »
Selon plusieurs membres de l’escouade de Jammeh, les Junglers, actuellement sous la garde des autorités gambiennes, les tueries ont en fait eu lieu dans la nuit du jeudi 23 au petit matin du vendredi 24 août au stand de tir GAF dans la banlieue ouest. de Brikama. Et les détenus n’ont pas été abattus mais étouffés et étranglés à mort.
Le Sgt Amadou Badjie de Jungler a déclaré avoir été pris à la caserne de Fajara vers 19 heures et a fait équipe avec les autres Junglers à Sting Corner sur l’autoroute menant à Banjul d’où ils se sont rendus à la prison centrale du Mile 2.
Le Sgt Lamin Badjie a également déclaré aux enquêteurs qu’entre 22h et 23h, ils ont rencontré l’ancien ministre de l’Intérieur Ousman Sonko, le général Saul Badjie, le chef de la prison David Colley, le lieutenant-colonel Solo Bojang, le «juge» ou le ministre de la Justice de l’époque. au sergent d’état-major Jungler, le sergent Omar A Jallow) et d’autres dans les prisons avec une feuille de papier appelant les détenus.
Un homme et une femme meurent dans le véhicule
L’adjudant Lamin Sambou, originaire de Foni Sintet et d’un Jungler, raconte qu’au début, deux prisonniers, un homme et une femme, ont été sortis les mains et les jambes menottées. Il a ajouté que les neuf prisonniers avaient été placés dans deux véhicules et qu’il se trouvait dans un véhicule avec l’adjudant Fansu Nyabally et le capitaine Michael Jatta. « Quand nous sommes partis de la prison de Mile 2, nous nous sommes dirigés vers la route côtière. Là, Michael Jatta a garé le véhicule et Nyabally a sorti des sacs en plastique noir et a couvert la tête de [l’homme et la femme enchaînés] et l’a attaché et m’a demandé de tenir leurs mains. C’est ainsi que je le tiens [sic] et ils sont morts dans le véhicule et nous sommes allés au champ de tir avec les cadavres », a-t-il raconté.
Les Sgts d’état-major Junglers Amadou et Lamin Badjie, Omar A Jallow, l’Adj Sambou et d’autres ont déclaré que les prisonniers n’avaient pas été tués par un peloton d’exécution, mais exécutés en les plaçant sur la tête et en les asphyxiant.
Amadou Badjie a déclaré aux enquêteurs: «Ils ont été tués avec une corde attachée au cou par Rambo [Maj Modou Jarju – en général] et d’autres policiers les ont étranglés tandis que les autres participaient en se tenant les mains et les jambes … Sambou a déclaré que le général Saul Badjie et le ministre Sonko ont compté et confirmé les corps avant qu’ils ne soient mis à bord de véhicules et emmenés à Foni.
Sambou a expliqué: « Quand nous sommes arrivés à un petit village à Foni, Solo Bojang est revenu avec un vieil homme avec qui il est allé dans la brousse et est revenu plus tard. Solo a dit qu’il y a un puits où nous allons disposer des corps. Chaque cadavre a été porté par deux (2) hommes au puits. Ces corps ont été remis à Solo Bojang qui les a finalement jetés dans l’ancien puits après [récitation]. 
J’ai finalement emmené les vêtements et les chaussures de ces personnes à Solo Bojang et Sulayman Badjie au puits. Ensuite, on nous a tous demandé de retourner aux véhicules. Ils étaient là pendant 30 minutes et quand ils sont venus, nous sommes tous retournés à Kanilai. Pendant le briefing, on nous a dit de ne rien craindre car c’est une affaire d’Etat. C’est après l’événement que Rambo Capt Jarju m’a ordonné de regarder sa voiture pendant laquelle j’ai découvert des taches de sang et des déchets humains « , a-t-il poursuivi.
Source: journal standard

Nouveau commentaire :



Publicité


Enquêtes et révélations

Révélations sur le retour au bercail de Karim Wade- Des délégations de la diaspora attendues à compter de ce lundi à Dakar...Installations de Comité d'Accueil dans les régions et villages...

14/12/2018

Procès Gbagbo : l’avenir de l’ancien président toujours en suspens à La Haye

14/12/2018

Khalifa Sall à la barre ce 20 décembre : Les enjeux d'une "bataille suprême"

14/12/2018

Affaire de la co-épouse charcutée : Salimata Diaw risque 5 ans de prison

14/12/2018

PRESIDENTIELLE 2019: Me Wade va accueillir Karim à Dakar

14/12/2018

Présidentielle: révélations sur le rôle joué par Ouattara pour dissuader Hadjibou

14/12/2018

Exclusif! Ces chiffres impressionnants réalisés par Madické Niang à Touba et ailleurs !

14/12/2018

Ahmet Fall Baraya a transhumé !

14/12/2018

Abdoul Mbaye décèle un gros piège dans le fichier électronique de parrainage

14/12/2018

Un collaborateur de Thierno Alassane Sall menacé de mort

14/12/2018