Dakarposte.com - le site des scoops et des exclusivités

ME MAME ADAMA GUÈYE ÉCRIT AUX FORCES DE L’ORDRE

Vendredi 11 Janvier 2019
ACTUALITÉ


Le Coordonnateur national de la Plateforme opérationnelle de sécurisation des élections (Pose) Me Mame Adama Gueye écrit une lettre aux forces de sécurité sénégalaises. Ce, pour le rôle qu’elles doivent jouer pour la bonne tenue de l’élection présidentielle du 24 février 2019. Cette élection, d’après Me Mame Adama Gueye, sera une occasion de plus pour évaluer et juger non seulement l’évolution de la démocratie du pays mais aussi la solidité, la viabilité et la fiabilité de nos institutions. A cet effet, il indique que les forces de sécurité seront impliquées à un double titre. D’abord, en leur qualité de citoyens jouissant du droit de vote mais surtout en tant qu’acteurs du dispositif sécuritaire étatique. Cependant, le coordonnateur relève, pour le regretter, les signes prémonitoires qui se manifestent et qui, à son avis, ne présagent rien de rassurant quant à la tenue d’une élection libre, démocratique, transparente et crédible. 
Etayant ses propos, il indexe le comportement du ministre de l’Intérieur et de la sécurité publique qui, accuse-t-il, s’est montré, tout le long du processus réfractaire et rétif à toute ouverture pour un dialogue positif et constructif tant avec l’opposition qu’avec la société civile. « Il est évident que cette absence de concertation entre les acteurs de la classe politique, comme cela devrait être dans tout régime démocratique, crée les conditions d’un contentieux préélectoral et post électoral et sème les germes d’une contestation dont on ne saurait mesurer les conséquences », prévient l’avocat. Qui indique que l’’acquisition récente d’équipements anti-émeutes laisse présager la volonté du pouvoir en place de se donner les moyens de répression des contestations que ne manqueront pas de provoquer le parachèvement du hold-up électoral en préparation.
Un dispositif d’observation des violations des droits humains
« Comme le rejet programmé des pourvois de Khalifa Sall par la Cour Suprême, le rejet illégal par le Conseil Constitutionnel de 20 candidatures participe des actes qui révèlent davantage les contours du dispositif mis en place par le candidat sortant pour se fabriquer une victoire au premier tour. Il sera légitime de s’opposer à un coup de force électoral », a déclaré Me Mame Adama Gueye qui, dans le même sillage, demande aux forces de sécurité de se garder de prêter leur concours au candidat sortant pour tenir le peuple en respect. Il leur demande de faire preuve de responsabilité, de mesure, d’équité et de discernement dans l’exécution de leurs missions conformément aux règles républicaines. « Il ne faut jamais perdre de vue qu’en matière de contentieux électoral, il ne s’agit point d’une opposition entre l’Etat et des citoyens mais plutôt entre des acteurs politiques d’égale dignité, tenus aux mêmes devoirs et obligations et jouissant des mêmes droits », a soutenu le coordonnateur. « Il vous est exigé d’adopter une posture républicaine qui vous impose de respecter les principes d’équité entre les candidats et vous interdit de cautionner la violation des principes fondamentaux qui gouvernent l’organisation d’élections démocratiques. Vous devez être conscients que le coup de force électoral qui se prépare constitue une menace grave sur la paix et la stabilité sociale dont vous êtes les garants. Votre devoir est de défendre la République et non les intérêts politiques illégitimes du candidat sortant », a-t-il rappelé. 
Toutefois, il prévient que les membres des forces de sécurité complices du candidat sortant dans son obsession irresponsable d’une réélection à tout prix et responsables de dérives répressives devront répondre de leurs actes. A cet égard, il annonce qu’un dispositif d’observation approprié sera mis en place pour documenter toutes les violations des droits humains.
Dakarposte.com

Nouveau commentaire :



Publicité

Enquêtes et révélations

Rassemblement illicite : fortune diverse pour les « Khalifistes » à la barre

23/01/2019

« La carte électorale arrêtée à moins de 30 jours avant le scrutin, le fichier électoral sera remis au plus tard le 8 février » (Bernard Casimir Cissé, DGE)

23/01/2019

Rts : rétrogradé au rang de simple journaliste débutant, Abdoulaye Fofana Seck porte plainte contre Racine Talla

23/01/2019

URGENT -Le leader du Mouvement Guindi Askanwi, Fallou Ndiaye, reçoit des menaces de mort

23/01/2019

Industrie du tabac: Philip Morris accusée de tricherie au Sénégal et en Afrique

23/01/2019

Vidéo exclusive : Comment l'Islam a changé radicalement la vie de l'ancien artiste Abdou Ndiaye :" Yalla moma dieulé ci dikam yobouma ci..."

23/01/2019

Arrêtés par la Dic: les lourdes charges que la police a retenues contre ces partisans de Khalifa Sall

23/01/2019

Soutien à la présidentielle de 2019 : Serigne Fallou Fall Mbaor écrit à Me Abdoulaye Wade

23/01/2019

Les voisins de la RD Congo divisés par l’élection de Félix Tshisekedi

22/01/2019

SERIGNE SOUHAÏBOU MBACKÉ GRONDE : ' Me Madické Niang ne doit plus aucun mandat à Wade... Des gens veulent qu'ils ne s'entendent pas et manipulent... Wade m'a pourtant dit "

22/01/2019