Processus électoral : "Nous avons un champ politique malade"

ACTUALITÉ

Processus électoral : "Nous avons un champ politique malade"
Alioune Tine, initiateur du panel autour du processus électoral, sonne l'alerte : "Nous avons un champ politique malade, qui est malade de la politique, dénonce-t-il. C'est un échec à la fois pour le pouvoir (et) pour l'opposition." 



Une tension perceptible dans les réactions des représentants de deux camps.

"Le président de la Cena est à la retraite depuis longtemps mais il est maintenu, fulmine Mamadou Diop Decroix, allié du Pds. Le président de la Cour suprême est à la retraite mais il est maintenu. Toutes les structures qui jouent un rôle essentiel dans ce qui va se passer, leurs responsables sont à la retraite mais ils sont maintenus. La société civile, je suis désolé, ne joue pas son rôle. L'opposition ne peut plus voir le fichier électoral. On s'est plaint au niveau des médias. Et, la Cena (Commission électorale nationale autonome) estime devoir sortir un communiqué pour dire ‘qu'on remet le fichier aux candidats'. On ne parle pas de ça. On parle du droit de regard et de contrôle que les partis politiques ont sur le fichier électoral. Où est la société civile pour dénoncer tout ça ? On va avoir des problèmes. Le parrainage est un moment du processus électoral dans son ensemble. Et aujourd'hui, c'est des milliards de francs Cfa qui sont sortis et on achète la signature des Sénégalais. Vous croyez que c'est valable ?"

Réagissant, Mor Ngom agite le boycott de l'opposition dite significative lors du dialogue autour du processus électoral. "Si vous refusez de participer à une procédure, réplique-t-il, s'il y a faute vous devez vous-mêmes vous incriminer. Quand vous boycottez, il faut prendre la responsabilité d'assumer parce qu'on a boycotté." Sur la question de la disponibilité du fichier électoral, il jure que "la Cena a fait une sortie pour dire qu'il sera disponible pour tous les candidats". Et que (la commission)  n'est pas celle de l'Apr, ni de  Benno bokk yakaar (Bby) mais celle de tout le Sénégal."

Cinq ou six panels sont prévus pour tenter de lever "l'impasse, le blocage politique", annonce Tine. L'expert indépendant de l'Onu, prône la "réflexion", en indiquant que "le parrainage, c'est un bon outil de sélection mais tel que c'est fait, cela pose des problèmes. C'est nécessaire que les gens discutent aujourd'hui entre Sénégalais pour trouver les moyens de sauver le Sénégal d'une espèce de régression que tout le monde constate et qui crée un malaise démocratique sinon un mal-être."

Nouveau commentaire :



Publicité

Enquêtes et révélations

[VIDEO] - UN CAS D’AVORTEMENT CLANDESTIN AU CAMPUS DE L’UCAD

23/01/2020

Cour des comptes : Les anciens DG de l’Artp Daniel Goumalo Seck et Ndongo Diao condamnés à payer une amende de 52 millions francs CFA.

23/01/2020

La justice angolaise accuse formellement Isabel Dos Santos d'une série de délits

23/01/2020

Angleterre: insubmersible Liverpool, malgré la blessure de Mané

23/01/2020

Accès frauduleux dans le système de la Banque de Dakar (Bdk) : Des cyber délinquants nigérians et sénégalais risquent 4 ans de prison.

23/01/2020

COMMUNIQUE DU CONSEIL DES MINISTRES DU 23 JANVIER 2020

23/01/2020

APPLICATION DU RÈGLEMENT 14 AUX CONTENEURS ET FRAIS D’ACCÈS AU PAD - LES TRANSPORTEURS AGREES DECRETENT UN ARRET DE TRAVAIL DE CINQ JOURS

23/01/2020

Marché de construction de l’université Amadou Makhtar Mbow : Marylis de Bictogo n’était même pas sur la liste des 6 entreprises consultées dans l’appel d’offres restreint.

23/01/2020

Au Mali, plusieurs soldats tués dans une attaque près du Burkina Faso

23/01/2020

UN VÉHICULE 4X4 DE LA SODEFITEX BRAQUÉ

23/01/2020