Dakarposte.com - Le site des scoops
Dakarposte.com

Élections législatives au Liban : un scrutin clé pour un pays frappé par la crise

Rédigé par Dakarposte le Vendredi 13 Mai 2022 à 15:37

Les Libanais sont appelés à se rendre aux urnes ce dimanche pour choisir leurs parlementaires. Alors que le pays est confronté à la plus grave crise de son histoire, beaucoup réclament un renouvellement de la classe politique. Mais le système confessionnel, les divisions de l'opposition et le clientélisme pourraient doucher cet espoir de changement.


Élections législatives au Liban : un scrutin clé pour un pays frappé par la crise
Le 15 mai se tiendront les premières élections législatives au Liban depuis le début de la crise économique et les explosions dévastatrices du port de Beyrouth en août 2020. Une catastrophe souvent imputée à la corruption endémique et à une mauvaise gestion des élites politiques du pays. Plus que jamais, cette échéance électorale offre l’occasion aux Libanais d’exprimer leur mécontentement à l'égard d'une classe politique de plus en plus contestée.  

Le Parlement libanais, qui compte 128 sièges, est actuellement dominé par le puissant parti du Hezbollah, soutenu par l'Iran et ses alliés, vainqueur de la majorité aux élections de 2018, malgré une extraordinaire mobilisation des membres de la société civile, qui avait donné naissance à la coalition Kulluna Watani.    

L'enthousiasme autour de la liste Kulluna Watani ne s'était pas traduit dans les urnes : seul un siège avait été arraché aux partis traditionnels. Ces derniers avaient obtenu la majorité parlementaire, bénéficiant du jeu des alliances et d'une nouvelle loi électorale soigneusement élaborée,

Le vote de 2022 sera-t-il l'occasion attendue de rabattre les cartes ? Celui-ci constitue le premier test électoral majeur depuis le mouvement de contestation qui a émergé en octobre 2019. Ces protestations, essentiellement menées par une jeunesse en colère contre la classe politique, ont été nourries un an plus tard par la dramatique explosion du port de Beyrouth – de jeunes activistes avaient alors déployé un effort de secours extraordinaire pour pallier l’absence des services de l'État.

La "révolution" ne parvient pas à unir    
La combinaison de ces crises a incité des militants connus et de nombreux groupes d'activistes à se jeter dans la mêlée politique pour tenter de résoudre les problèmes du pays. Mais la transformation de ce mouvement en entité politique s’est vite heurtée au système politique libanais, semé d’embuches bureaucratiques, de dilemmes idéologiques et de défis organisationnels.     

En premier lieu, la loi électorale a rendu difficile la formation de coalitions, favorable aux intérêts politiques existants, avec un pouvoir partagé entre communautés religieuses dans un système confessionnel devenu archaïque.  

L'épineuse question des armes du Hezbollah est un autre défi que cette nouvelle opposition n’est pas parvenue à relever : si la plupart s'opposent à l'arsenal du parti paramilitaire chiite, des divisions sont apparues quant à l'opportunité de s'allier ou non avec les partis anti-Hezbollah établis au Liban, car beaucoup sont dirigés par des descendants de politiciens ou d'anciens chefs de guerre.   

En fin de compte, ces dizaines de groupes d'opposition – connus sous le nom de "thawra" ou "révolution" – n’ont pas réussi à former un front politique uni avant les élections. "Il y a eu de multiples tentatives pour trouver un terrain d'entente, mais le nombre même de groupes et leurs priorités divergentes ont compliqué le processus", analyse Nicholas Blanford du Scowcroft Center for Strategy and Security de l'Atlantic Council. "Bien qu'ils soient d'accord sur l'objectif qui est de mettre fin au système politique sclérosé et à son leadership, la thawra est souvent divisée sur la manière d'atteindre cet objectif et sur le profil que devrait avoir ce système alternatif".

Ainsi, le nombre de candidats indépendants a plus que doublé depuis le vote de 2018, pour atteindre 284 des 718 candidats dans la course de 2022 – contre 124 il y a quatre ans, selon le think-thank Policy Initiative établi à Beyrouth. Si plusieurs listes d’opposition s’affrontent dans de mêmes districts, le chercheur Karim Emile Bitar se réjouit de voir ces listes présentes partout, "ce qui pourrait permettre de petites percées ici et là".   

"Je m'attends à un parlement plus fragmenté où l'opposition pourra se ressaisir et être un moteur de changement et de réforme", estime pour sa part Sami Nader, directeur de l'Institut du Levant pour les affaires stratégiques.   

La perte de Saad Hariri sera-t-elle un gain pour le Hezbollah ?   
Mais le plus grand bouleversement du scrutin de 2022 est sans aucun doute l'absence de Saad Hariri : en janvier, l'ancien Premier ministre a annoncé de manière fracassante que ni lui, ni son parti – le Courant du Futur –, ne se présenteraient aux élections.

De nombreux observateurs estiment que le retrait soudain du plus influent leader sunnite de la scène politique libanaise a été forcé par l'Arabie saoudite : cette dernière a coupé les ponts avec Saad Hariri, le jugeant trop complaisant avec le Hezbollah dont l’emprise s'est renforcée sur le Liban. Mais la position dure de Riyad à l'égard d'un pays qu'elle a si souvent soutenu, financièrement et politiquement, risque de profiter à son ennemi juré chiite, le Hezbollah.   

Avec le retrait de Saad Hariri, de nombreux sunnites libanais se sentent privés de leurs droits et leur taux de participation devrait diminuer. Près de 30 % des personnes ayant voté dans les districts des bastions sunnites en 2018 ont déclaré qu'elles ne participeraient pas au scrutin, a prévenu le sondeur Kamal Feghali, dans une entretien accordé à l'agence Reuters. 

La flambée des prix du carburant, qui fait de chaque déplacement un luxe, pourrait dissuader de nombreux Libanais d'aller voter. Selon un rapport publié en avril par l’ONG Oxfam, seul 54 % des 4 670 personnes interrogées ont déclaré vouloir voter. 

Selon la Banque mondiale, le Liban connaît l'une des pires crises économiques au monde depuis le milieu du XIXe siècle. Sous le poids de l’inflation, la monnaie libanaise a perdu plus de 90 % de sa valeur et près de 80 % de la population a sombré dans la pauvreté.   

Un exode massif nourri de rancœurs  
Cette situation a incité de nombreux Libanais à fuir leur pays. D’après l'Observatoire de la crise de l'Université américaine de Beyrouth, la crise économique actuelle a entraîné le départ de 300 000 personnes en seulement deux ans, ce qui en fait le troisième exode massif de l'histoire du Liban.  


Le pays compte déjà une des diasporas les plus significatives au monde. En l'absence de chiffres officiels, de nombreuses estimations indiquent que les Libanais sont plus nombreux à vivre à l'étranger qu'à l'intérieur de ce petit État qui compte quelque 6,5 millions d'habitants, dont des réfugiés ayant fui le conflit en Syrie voisine.   

Selon la plupart des experts, cet exode aurait été plus prononcé encore si la pandémie de Covid-19 n'avait pas compliqué la recherche de travail à l'étranger. Le gel des comptes bancaires des citoyens ordinaires, destiné éviter une ruée sur les banques, a empêché de partir ceux qui n’en avaient tout simplement plus les moyens

Cette émigration massive, qui elle aussi alimente la défiance à l’égard des élites politiques libanaises, pourrait avoir des conséquences dans les urnes. "Ceux qui partent ont l'impression d'être fondamentalement mis à la porte par l'establishment au pouvoir, qu'ils n'ont pas d'autre choix que de partir en raison de la situation économique désastreuse et du degré de corruption sans précédent. Ils ont le sentiment de fuir une kleptocratie au pouvoir", explique Karim Emile Bitar, directeur de l'Institut des sciences politiques de l'Université Saint-Joseph de Beyrouth.  

C’est sans doute une explication de la participation massive de ces Libanais de l’étranger, dimanche 8 mai à Paris, comme l’a constatée dans les bureaux de vote notre envoyée spéciale Leela Jacinto. S'appuyant sur des données provisoires, le ministère libanais des Affaires étrangères a indiqué que le taux de participation de la diaspora libanaise s'élevait à hauteur de 60 %, soit légèrement plus qu’en 2018. 
Notez



Inscription à la newsletter











Vidéos & images