Dakarposte.com - Le site des scoops

Sonko en guerre contre la loi d’habilitation – Des arguments implacables qui vont discréditer la manœuvre présidentielle !

Mercredi 1 Avril 2020 - 00:58
ACTUALITÉ

Sonko en guerre contre la loi d’habilitation – Des arguments implacables qui vont discréditer la manœuvre présidentielle !

Pour avoir les coudées franches et manœuvrer en toute latitude dans la guerre ouverte contre le Covid 19, le président de la République vient de saisir l’Assemblée nationale pour lui soumettre un projet de loi l’habilitant à «prendre, par ordonnances, des mesures relevant du domaine de la loi». Et, naturellement, avec un parlement tout acquis à sa cause, ce projet de loi passera comme lettre à la poste grâce à la traditionnelle majorité mécanique qui vote tout ce que souhaite le chef de la majorité les yeux fermés. Mais le député Ousmane Sonko, farouche opposant au régime ne l’entend pas de cette oreille. Il ne votera pas cette loi d’habilitation et invite en filigrane ses collègues à le suivre dans cette voie pour des raisons qu’il explique dans un texte paru sur la toile. En gros, voici son propre résumé des raisons qui le poussent à dire non :
 

«Puisque la situation sanitaire leur sert de prétexte pour procéder au tri des députés «autorisés» à assister aux travaux de commission et à la plénière, qu’à ce motif je fais partie de la grande majorité des députés «exclus» de ces travaux, je vous informe que j’ai décidé de m’abstenir de voter un projet de loi qui : 

- concentrerait entre les mains d’un seul homme une manne financière dont le montant n’est pas spécifié dans le projet ; 

- conférerait au Président de la République des pouvoirs exceptionnels en toute matière, dépassant largement le seul cadre de la lutte contre le COVID-19 et ses implications sociales et économiques, 

- n’est pas précédé de la présentation d’un plan de lutte permettant d’en saisir les détails ; 

- n’est non plus pas précédé de la présentation à l’Assemblée nationale d’un projet de loi de finances rectificative ; 

- enfin, poserait des problèmes sérieux de contrôle a posteriori.»

Et de conclure : «La solidarité dans la lutte contre le COVID-19 est nécessaire. Nous le concevons. Mais, pour paraphraser Francesco Alberoni, elle ne doit pas se transformer en une coalition d’égoïsmes où les acteurs se taisent sur les violations allègres de la loi et les mauvaises pratiques républicaines pour faire bon genre dans le contexte actuel».

Pour tout citoyen averti, les arguments de Sonko pour refuser au président de la République un blanc-seing lui permettant de légiférer à la place de l’Assemblée nationale tombent sous le sens. Car si les parlementaires votent cette loi d’habilitation qui permet au Président de de légiférer par ordonnances «en toutes matières», cela signifie qu’il peut même prendre des décisions dans le domaine politique, en matière électorale par exemple qui auront force de loi. Ainsi, il peut  prolonger l’état d’urgence comme il lui plaît, renvoyer les élections aux calendes grecques et mettre en prison qui il veut sous le prétexte qui lui conviendra. Une dictature sous le couvert de la lutte contre un redoutable adversaire apolitique, le coronavirus.

Par ce texte, Sonko avertit les Sénégalais de ce qui pourrait advenir si Macky Sall, qui déroule déjà en tant de paix sans se soucier des cris d’orfraie de ses adversaires (il a réduit l’opposition à sa plus simple expression comme il l’avait clamé), concentrait davantage de pouvoirs entre ses mains avec la possibilité de légiférer lui-même par ordonnances. C’est une alerte qu’il faut prendre au sérieux.

 
Mamadou Ndiaye

Nouveau commentaire :



Publicité

Enquêtes et révélations

Reprise du trafic interurbain : Youm apporte des précisions

04/06/2020

Kaolack : Le jeune homme de 25 ans percuté hier par un véhicule de la police, se porte bien.

04/06/2020

SÉNÉGAL : Assouplissement du couvre-feu de 23h à 5h du matin.

04/06/2020

Manifestations à Touba : Revivez la déclaration du khalife général des mourides

04/06/2020

Affaire des faux billets : Bougazelli libre, ses complices restent en prison

04/06/2020

Émeutes à Mbacké et Touba : 102 arrestations

04/06/2020

Deuxième retour de parquet pour Assane Diouf

04/06/2020

Tambacounda : Un père tue son bébé pour arrêter ses pleurs

04/06/2020

Pourquoi Bougazelli a été libéré

04/06/2020

Covid-19 : Le pic épidémique atteint au Sénégal

04/06/2020